Kévin Staut et Julien Epaillard, dans l'oeil du fisc
samedi 01 juin 2019

Kévin Staut et Julien Epaillard
Kévin Staut et Julien Epaillard © Scoopdyga

Hier matin, un article de Louis Laroque publié sur le site d'information actu.fr a révélé deux cavaliers tricolores : Kévin Staut et Julien Epaillard étaient l'objet d'enquêtes fiscales.

"Kévin Staut est présumé exercer une activité occulte en France"

Le 25 septembre 2018,  la direction nationale d'enquête fiscale a mené une perquisition fiscale au Haras de la Forge, lieu où était basé la SARL écurie Kévin Staut. La raison ? « Kevin Staut est présumé exercer une activité occulte en France. Et selon le livre des procédures fiscales, le délai de reprise de  l’administration fiscale est de dix ans en cas d’activité occulte génératrice de revenus non déclarés. » selon la cour d'appel. Plus précisément, ce serait la vente de trois chevaux : Univity le 22 avril 2008, For Hero le 25 août 2008, Le Prestige Saint-Lois le 28 octobre 2008 et Quapitole des Forêts courant 2012, qui poserait problème. 

Le cavalier tricolore a fait appel contre l'ordonnance de la perquisition du 25 septembre. Il a également appuyé sur la prescription des faits. "Selon l’avocat du cavalier, les deux sociétés de droit hongkongais, Pradut Ltd et Bacola HK Ltd, respectivement créées en 2008 et 2011, titulaires d’un compte ouvert auprès d’une banque lettonne dénommée Rietumu banka, ont été dissoutes en octobre 2016. Les comptes bancaires qui y étaient liés ont été clos dès 2012 et 2014." Ces deux sociétés auraient été dirigées par Kévin Staut lui même. "L’interposition lui a permis de délocaliser artificiellement des opérations commerciales qu’il assurait en réalité lui-même", selon le fisc. 

Toutefois, un président de la cour d'appel de Caen a examiné ce recours le 4 mars 2019. La décision a été rendue le 6 mai et donne raison au fisc. L'enquête va donc se poursuivre, reste à connaître ses conclusions.  

Julien Epaillard, également sous la coupe d'une enquête

Julien Epaillard, dont les écuries sont installées dans le Calvados mais lui est domicilié en Espagne. Plusieurs pièces concernant la société Hello Holding 31SL de son épouse Susana ont été saisies. Le fisc soupçonnerait "la vente de chevaux sans souscrire les déclarations de résultat correspondantes et en omettant de passer les écritures comptable", selon actu.fr. Après appel, le tribunal de Lisieux a autorisé la perquisition fiscale.