Entre conditions de qualification et organisation, les Jeux de Paris en pleine réflexion
jeudi 05 mai 2022

FEI Sports Forum
FEI Sports Forum © FEI

Les 25 et 26 avril derniers, avait lieu à Lausanne le FEI Sports Forum. L’occasion, pour quelques représentants de chacune des quatre disciplines olympiques et paralympiques, d’échanger au sujet des conditions de qualifications, des règlements et du programme des prochains Jeux, qui auront lieu à Paris. Retour sur les propositions qui ont été faites et les débats qu’elles ont pu susciter.

Du côté du saut d’obstacles, si la règle du format à trois couples a été actée pour Paris 2024 – au grand damn de très nombreux cavaliers et membres des fédérations nationales – il y a déjà plusieurs mois et qu’elle ne pourra désormais être revue, d’autres sujets ont fait l’objet de quelques réclamations, à commencer par l’ordre des épreuves. Sans grande surprise, il a été suggéré de revenir à l’ordre en place avant les Jeux de Tokyo : débuter avec la compétition par équipe et conclure sur la compétition individuelle. Comme dans les trois autres disciplines, les conditions de qualification olympique ont également été abordées. Désormais, il faudra pouvoir justifier de trois résultats, avec un nombre maximum de quatre pénalités sur les épreuves 1,55 mètre et huit sur les épreuves 1,60 mètre. Toujours au sujet des qualifications, a également été posée la question de celles des petites nations. Gerald Kuh, juge de saut d’obstacles hong-kongais, a ainsi souligné la difficulté pour ces dernières de se qualifier sans l’existence de compétitions spéciales.

Au sujet du concours complet, a, entre autres, été soulevée l’idée d’inclure un autre CCI4*-S dans les conditions de qualification, qui comprendraient donc un CCI4*-L ou CCI5*-L ainsi qu’au moins deux CCI4*-S, dont un couru après le 1er janvier 2024. À ce sujet, il a également été proposé d’imposer que, pour décrocher une qualification, les résultats soient obtenus lors de deux événements différents ou dans deux pays différents. Une proposition qui n’a pas été sans susciter le débat. Mais finalement, comme le souligne la FEI, un large consensus s’est créé autour du fait que oui, les performances doivent être réalisées lors de deux événements différents, mais pas dans deux pays différents, cela compliquant trop fortement la tâche aux petites nations.

La suite de cet article est à découvrir dans le numéro 416 de L'Eperon Hebdo (paru le 4 mai 2022), disponible sur notre boutique en ligne.