Fabien Grobon: "Les JEM doivent laisser un héritage à la Normandie"
jeudi 03 novembre 2011

memorial de caen2011-Jean-Jacques Gouguet, Luc Avril, et Fabien Grobon
Jean-Jacques Gouguet, Luc Avril, et Fabien Grobon au mémorial de Caen © Eric Fournier

Laurent Beauvais, Président de la Région Basse-Normandie et du GIP 2014 avait convié Jean-Jacques Gouguet, Directeur Scientifique du Département Économie du Centre de Droit et d’Economie du Sport à l’Université de Limoges, à présenter son étude sur l’impact économique des J.E.M 2014.

Vendredi 21 octobre près de 300 personnes ont suivi cette Conférence Débat au Mémorial de Caen dans laquelle Jean-Jacques Gouguet a apporté son éclairage argumenté sur les grands événements sportifs et la mesure des impacts économiques et sociaux qui leur sont liés. Il a salué l’approche stratégique raisonnée de la Région « qui ne tombe pas dans le travers qui consiste à justifier à priori l’organisation d’événement sportifs de portée mondiale comme les JEM par l’ampleur des seules retombées économiques, parfois hypothétiques, qu’ils peuvent occasionner ». Jean-Jacques Gouguet a insisté sur la complémentarité nécessaire de leur dimension économique et sociale qui incluent des problématiques diverses comme l’image des territoires, leur identité, l’insertion sociale, la culture ou le développement de la pratique sportive… Dans cette double optique économique et sociale de redoutables problèmes de mesure se posent et la littérature révèle une très grande variabilité de la qualité de l’analyse de ces méga-événements sportifs. Selon lui « Un gros effort méthodologie s’impose pour apprécier l’utilité sociale créée et l’impact économique induit par ces projets qui concernent l’ensemble de la collectivité ».
« Pas qu’une étincelle »
Dans un deuxième temps, Luc Avril,  en charge du « Projet Territorial » pour la Région et Fabien Grobon, Directeur du GIP « Normandie 2014 » ont souligné que 2014 devait être un coup de fouet, un accélérateur, pour la Normandie « Tout événement de ce type génère des retombées immédiates comme la fréquentation touristique ou l’activité commerciale ; Notre ambition va plus loin. Les Jeux doivent nous laisser un héritage durable et faire cohabiter l’éphémère et le durable ». C’est le « Projet Territorial » sur lequel la Région Basse-Normandie semble vouloir concentrer toute son énergie.