Hauts de France : la région crée un cluster avec ses voisins belges
lundi 21 octobre 2019

Illustration
Les Hauts de France créé son cluster équin avec EQWOS © Erick Noll

Après la Normandie et la région Rhône-Alpes, les Hauts de France créent leur cluster équin. Inauguré le 6 octobre sur l'hippodrome de La Capelle, il associe la région avec les Flandres et la Wallonie Bruxelles, en s'appuyant sur l'IFCE et les fonds européens INTERREG

Les objectifs de ce nouveau cluster transfrontalier ? « Développer un territoire leader en Europe pour le cheval, toutes disciplines. Bien située, l'unité transfrontalière doit créer des emplois non délocalisables (un emploi pour sept équidés), accentuer la recherche et l'innovation, mutualiser l'export et le négoce, augmenter la compétitivité des entreprises en accompagnant tous les professionnels, par la réunion des énergies. » Côté français deux opérateurs sont désignés pour mener à bien le projet : le Conseil régional des chevaux (présidé par Alain Coeugniet) et le Comité régional de l'équitation pour le sport (présidé par Edith Cuvelier). Côté belge, il s'agit du Paardentpunt en Flandres et de la confédération Wallonie-Bruxelles du cheval.

Et ce nouveau cluster a ses atouts ! Si les Belges sont en avance sur le négoce international et la densité des cavaliers et des compétitions de haut niveau, les Hauts de France sont fiers de la renommée internationale de Chantilly pour le galop, La Capelle pour le trot, de la polyvalence du Touquet, du parc Scarpe-Escaut et de Compiègne, du plus grand club de polo en Europe à Apremont, des concours internationaux dans le Nord et l'Oise et des résultats en CSO, endurance, complet, attelage comme celle de l'élevage, avec Nino des Buissonnets, Uélème ou Univers de Pan en porte étendards. 

EQWOS a déjà organisé des concours d’élevage, comme le Flanders free jump le 12 octobre à Mouscron. Il est question de mettre en oeuvre un site internet pour l'élevage et le négoce, d’accélérer les installations sur l'itinéraire équestre européen dit "route d'Artagnan", de diversifier les métiers du cheval de trait et d’aider au montage de dossiers de demande d'aide INTERREG. Les montants sont annoncés à 170 millions pour la recherche, l'innovation, le transfert de technologie, la gestion des PME, la préservation du patrimoine et des ressources naturelles - sans oublier le volet cohésion sociale, formation et emploi notamment à la campagne.

Plus d'informations sur www.eqwos.eu