L’ACSOF réagit à son rythme
lundi 09 mars 2009

lahoud
Marwad Lahoud - Ph. Claude Bigeon

L’Acsof par la plume de son Président Marwan Lahoud (voir copie de la lettre au Président de la Fédération Serge Lecomte) a finalement réagi à l’éviction de Gilles Bertran de Balanda. Une décision qui se veut réfléchie.

« Le mot avertissement est peut être un peu fort mais nous voulons témoigner d’un changement d’attitude à l’égard de la FFE, nous voulons être entendus ». Pour Marwan Lahoud en voyage au Mexique (en sa qualité de Directeur général d’EADS) avec le Président de la République, c’est moins la décision technique à savoir la division entre sélectionneur et entraîneur qui est en cause que la manière dont cela s’est produit. « J’ai été prévenu le samedi d’une proposition qui allait être faite à Gilles le mardi et dont chacun savait qu’il la refuserait ». Et puis de revenir sur la suite des évènements notamment une réunion qui s’est tenue à Paris le 28 janvier avec les meilleurs cavaliers français et le bureau de l’Association des Cavaliers de Saut d’obstacles en France. Une réunion où le Président de la FFE se serait invité (avec le consentement de l’Association cela va sans dire) avec le DTN Pascal Dubois. Ce qui en est ressorti ? « On a la sensation que ce qui a été dit n’a pas beaucoup porté ; que la FFE a coché la case « on a vu les cavaliers » et que c’est business as usual, les affaires continuent. C’est vrai que nous ne sommes qu’une petite association mais nous avons l’impression de porter l’ambition et les soucis des sportifs qui pèsent quand même 10 % de la population fédérale ». Ce que Marwan Lahoud ne dit pas c’est que si c’est peu sur le plan quantitatif, c’est beaucoup en terme qualitatif, c'est-à-dire sur le plan économique et en terme d’image. Bref l’Acsof et son Président prennent date.

Téléchargez La lettre de l'ACSOF à M. Serge Lecomte (format PDF)

Photo d'archive par Claude Bigeon