L'Association internationale des grooms officiellement reconnue par la FEI
mercredi 27 avril 2022

Illustration groom
Illustration groom © Eric Knoll

À l'occasion du FEI Sport Forum qui s'est tenu les 25 et 26 avril à Lausanne, en Suisse, la Fédération équestre internationale a officiellement reconnu la création de l'Association internationale des grooms (International Grooms Association, IGA) en signant un protocole d’accord. Cette association professionnelle indépendante et à but non lucratif, a été créée « afin d'obtenir une plus grande représentativité et reconnaissance des grooms, ainsi que d'améliorer leurs conditions de travail, notamment lors d'événements équestres où les journées à rallonge sont la norme ». Plus encore, l'IGA apportera une aide et un soutien aux grooms en les conseillant et en les informant sur divers sujets concernant leur métier, notamment la réglementation en matière d'emploi et de recrutement ainsi que le statut d'indépendant. L'IGA aura également pour but d'apporter un soutien émotionnel aux grooms, afin de les aider dans leur travail quotidien. « Bien que nous souhaitions que les comités d'organisation renforcent leur engagement pour améliorer les conditions de travail, nous espérons que les grooms fourniront des commentaires sur leurs expériences par le biais d'un rapport afin que des améliorations puissent être apportées. C'est une réelle opportunité pour eux de se faire entendre de manière constructive et collaborative et de jouer un rôle clé dans leur profession et dans cette filière », soulignait Lucy Katan, fondatrice de l'association. « La signature du protocole d'entente est l'aboutissement de nombreuses années de discussions et de planification, et marque le début d'une nouvelle ère pour les grooms internationaux », assure Ingmar De Vos, président de la FEI. « L'IGA a posé les bases pour que la communauté des grooms grandisse, évolue et ait une voix forte dans le développement à long terme des sports équestres et je compte sur les grooms, ainsi que sur les fédérations nationales, les athlètes, les organisateurs, les officiels et les propriétaires pour en faire un succès », précisait quant à elle Lucy Katan. De plus, comme le souligne la FEI, chaque discipline FEI aura désormais quatre à six représentants travaillant au sein de la filière pour promouvoir le statut de groom international, qui seront invités à encadrer les nouveaux venus dans cette profession. La FEI tient également à rappeler que, depuis 2015, à travers FEI Solidarité, elle proposait aux grooms un parcours pédagogique dédié à leur métier, composé de trois séances en présentiel et d'une évaluation pratique. « Au fil des années, 280 palefreniers dans le monde ont bénéficié de ces stages qui proposent une formation pratique dispensée par un expert technique. » Désormais, en collaboration avec FEI Campus, l'IGA fournira également aux grooms des informations sur l'antidopage, la biosécurité et la gestion générale de l'écurie. « Un cavalier n'est rien sans un bon cheval, mais un bon cheval n'est rien sans un groom exceptionnel. Il s'agit d'être une équipe. Le cavalier, le cheval et le groom sont la clé du succès des uns et des autres. Nous espérons que les fédérations nationales et leurs athlètes passeront le mot et encourageront leurs palefreniers internationaux à rejoindre l'IGA », conclut Frank Kemperman, président du groupe consultatif des grooms, ancien groom lui-même et ancien membre du conseil d'administration de la FEI.

Pour devenir membre de l'association internationale des grooms, ces derniers peuvent s'inscrire sur https://internationalgrooms.org/.