Plan Ambition Cheval : un plan bien dans la course (4/4)
vendredi 22 novembre 2019

Centre d'entrainement de Chazey-sur-Ain
Le centre d’entrainement des galopeurs de Chazey sur Ain, comme les douze hippodromes de la région, bénéficiera d'une enveloppe de 25 000 euros par an © Jean-Louis Perrier

Avec douze hippodromes, les courses occupent un secteur non négligeable en région Auvergne Rhône Alpes. Les activités de services autour de la filière hippique ont aussi trouvé une -petite- place dans le plan ambition cheval.

Même si le découpage de l’organisation du monde hippique ne colle pas avec celui  de la grande région administrative, la Fédération des Courses du Centre Est intègre le département de Saône et Loire mais pas le Cantal, les douze hippodromes y compris celui d’Aurillac, et le centre d’entrainement des galopeurs de Chazey sur Ain vont bénéficier d’aides à hauteur de 25 000€/an sur chaque site. Ces hippodromes ont des situations bien différentes, tant par leur propriété, Vichy appartient à France Galop, d’autres aux collectivités locales ou à des privés, et par leur utilisation et fréquentation. Les sites lyonnais de Parilly et du Carré de Soie ont un calendrier bien rempli, tandis que Jullianges, en Haute Loire, n’a que trois réunions sur l’année. Pour Jean-Jacques Saunon, président de la Fédération des Courses du Centre Est, en charge de la gestion de l’aide, les hippodromes de plus en plus ouverts à toutes sortes d’animations, participent au maillage territorial et ce plan est bien venu pour améliorer leur dynamisme. La diffusion des courses sur la chaine Equidia donne de la notoriété notamment dans la région d’élevage de trotteurs du Forez à des petites villes comme St Galmier et Feurs, dont le maire est Jean-Pierre Taite, vice président de la Région, en charge de ce plan. 

Bien-être et sécurité en ligne de mire

Les aides portent sur différents types d’aménagement, et tout ce qui peut concourir à la sécurité et au bien être des chevaux. Le bien être animal est perçu comme un des enjeux de l’avenir de la filière. Frédéric Neyrat qui préside le collège des activités connexes où se côtoient centres d’insémination, fabricants d’aliments, d’équipements, globalement tout ce qui concourt au fonctionnement de la filière, en est persuadé. C’est le cas aussi de Marc Damians, initiateur du Conseil de la Filière Cheval il y aura 20 ans l’an prochain et dont il a été le premier président. Le Bressan, infatigable quand il s’agit de faire avancer le monde du cheval, est depuis deux ans à l’origine du cluster santé et bien être équin mis en œuvre avec la Chambre de Commerce et d’Industrie de Lyon Métropole St Etienne Roanne. Une trentaine d’entités sont adhérentes, allant de  grandes entreprises à des PME innovantes en passant par Vet Agro Sup, alias l’école vétérinaire de Lyon. Un des projets de Marc Damians est de créer des formations pour les professionnels autour du bien être du cheval. Les actions soutenues par le cluster sont éligibles dans le cadre du dernier volet du plan "aides au développement des activités connexes et de l’innovation" portant sur de l’investissement. L’enveloppe n’est pas la plus généreuse du plan : 150 000 € pour trois ans !  

Reste maintenant à voir comment tout cela se met en place !  La région n’a pas précisé de modalité d’évaluation des actions, à voir sur le terrain…

Pour en savoir plus

Volet 1 : La Région Auvergne Rhône-Alpes mise sur la filière équine

Volet 2 : Plan Ambition Cheval - Un coup de pouce pour les clubs

Volet 3 : Plan Ambition Cheval - l'élevage cherche son bon plan