Serge Lecomte a débuté sa campagne
samedi 09 janvier 2021

Serge Lecomte
Serge Lecomte © Christine Marquenet

Serge Lecomte, 70 ans, président de la Fédération Française d’Equitation depuis 2004 (avec une petite interruption suite à une administration judiciaire en 2 005) a annoncé sa candidature pour la prochaine élection qui aura lieu le 18 mars. Présent au centre équestre de la Pellerinière à St Barthélémy d’Anjou le vendredi 8 janvier, Serge Lecomte a présenté face à une petite vingtaine de professionnels de la filière équestre, son bilan, ses projets et évoqué les difficultés et actions menées en lien avec la pandémie.

Concernant ses projets, Serge Lecomte a réaffirmé vouloir augmenter le nombre de licenciés avec un objectif d’un million, mettre les dirigeants des centres équestres au cœur de la fédération, mener des actions pour aider les établissements équestres à améliorer la qualité de leurs prestations. Après avoir obtenu une baisse de la TVA (5,5%) grâce à la reconnaissance du statut agricole des centres équestres, Serge Lecomte souhaite également continuer à se battre pour faire diminuer la TVA  pour l’enseignement (actuellement à 20%). Sur le plan sportif, le projet est de mettre en place des circuits de compétitions à visée participative et d’autres à visée sélective. 

Des interrogations variées

A l’issue de l’exposé de Serge Lecomte, Pierre Jarry, ancien cavalier de haut niveau, s’est offusqué que les cavaliers professionnels, licenciés à la FFE doivent payer une adhésion à la SHF pour concourir dans le circuit jeunes chevaux. Ce dernier a également évoqué le coût du Parc fédéral de Lamotte Beuvron. Serge Lecomte s’est alors vivement défendu en affirmant que la structure s’auto finance et qu’il est beaucoup plus intéressant pour la fédération d’être propriétaire plutôt que locataire. Un avis partagé par Bénédicte Le Guern (Poney Club des trois rivières). Julien Ferrand (Planète Equitation)  s’interroge au sujet des frais d’engagement et dotations des épreuves et suggère de supprimer les dotations dans les épreuves amateurs. Une autre voix s’est élevée pour défendre l’idée que les dotations devraient être en lien avec le niveau de difficulté des épreuves et qu’il devrait y avoir une licence « unique ». Les cavaliers pourraient évoluer librement en fonction de l’évolution du couple formé avec leur cheval. A l’issue de la réunion, Serge Lecomte a précisé que la licence unique est envisagée par la FFE pour la discipline du dressage et du CSO mais pas du concours complet.

Commentaires


THIBAUD S | 12/01/2021 11:01
Quand 90 amateurs payent 30euros ça fait 2700€ dont 436€ de taxe FFE et environ 500€ de dotation. En quoi MR Julien Ferrand justifie son idée de supprimer la dotations des épreuves amateurs ? Les épreuves amateurs ne sont pas encore assez rentables pour continuer à scier la branche ?