Canada Hippique forme un groupe de travail sur le protocole d’évaluation de l’hypersensibilité de la FEI
vendredi 07 septembre 2012

Tiffany Foster et Victor
Tiffany Foster et Victor © www.scoopdyga.com

Ottawa, Ontario – Canada Hippique (CH) a annoncé le 5 septembre qu’il avait demandé à son conseil du Sport de former un groupe de travail sur le protocole d’évaluation de l’hypersensibilité.

 L’objectif de ce groupe de travail sera d’étudier le protocole de la Fédération équestre internationale (FEI) sur la thermographie et l’examen clinique (évaluation de l’hypersensibilité des membres des chevaux) afin de déterminer, du point de vue de la communauté sportive équestre canadienne, si le protocole et son application atteignent les résultats visés de façon équitable et efficace.
« Nous nous sommes engagés auprès de nos athlètes et de nos membres à entreprendre une étude », affirme Mike Gallagher, président de Canada Hippique. « Nous nous acquittons maintenant de cet engagement. »
Lors des Jeux olympiques de Londres de 2012, l’équipe canadienne olympique de saut d’obstacles a été considérablement invalidée par la disqualification, le 5 août, de Victor, la monture de Tiffany Foster, aux termes du protocole d’évaluation de l’hypersensibilité de la FEI. Le communiqué officiel émis par la FEI se lit ainsi : « La Commission vétérinaire a déclaré qu’une partie de l'antérieur du cheval, juste au-dessus du sabot, est enflammée et sensible. Il n’y a aucune accusation de faute professionnelle, mais le cheval a été jugé inapte à concourir par le jury de terrain. » De plus, Canada Hippique déclare catégoriquement qu’aucune accusation d’action fautive n’a été formulée contre Tiffany Foster ou tout autre membre de l’équipe canadienne et que des discussions supplémentaires sont requises à propos du protocole d’évaluation de l’hypersensibilité de la FEI.
« Victor avait une coupure superficielle à l’avant de la couronne gauche, explique la Dre Sylvie Surprenant, vétérinaire de l’Équipe olympique canadienne responsable du saut d’obstacles, le lendemain de la disqualification de Victor. À notre avis, le cheval était en état de concourir parce qu’il ne boitait pas. Toutefois, en vertu du protocole d’évaluation de l’hypersensibilité de la FEI, un cheval est disqualifié s’il est sensible au toucher, peu importe la raison. Nous avons observé les règlements du protocole d’évaluation de l’hypersensibilité de la FEI, mais nous pensons que celui-ci doit être revu. ». Depuis l’adoption de ce protocole après les Jeux olympiques de Pékin de 2008, un certain nombre de chevaux internationaux ont été disqualifiés aux termes de ces règles, y compris la monture de McLain Ward, Sapphire (États-Unis) aux finales de la Coupe du monde de 2010. La FEI a, par la suite, examiné cette décision, pour ensuite procéder à une révision du protocole concerné.
Deux coprésidents veilleront à la formation et aux tâches du groupe de travail, soit Kerri McGregor, chef d’équipe de l’équipe canadienne et présidente du conseil du Sport, et Mark Samuel, représentant canadien élu au groupe IV de la FEI, membre du conseil du Sport de Canada Hippique et ancien président de Saut d’obstacles Canada.
« Au cours des prochaines semaines, à titre de coprésidents du groupe de travail, nous recruterons des membres connaisseurs et proactifs et établirons des buts et objectifs clairs », confirme Mark Samuel, ancien membre de l’équipe équestre canadienne de saut d’obstacles et représentant du Canada lors de six Coupes des nations.
« Canada Hippique est impatient de présenter ses recommandations à la communauté internationale pour consultation et discussion et de travailler à l’échelon mondial avec la FEI pour une amélioration du protocole d’évaluation de l’hypersensibilité et de ses objectifs de protection du bien-être du cheval et de l’esprit sportif », ajoute monsieur Gallagher.
Canada Hippique s’emploiera à partager les rapports d’activité du groupe de travail qui mèneront au rapport final de celui-ci, ainsi que toutes les mesures futures entreprises par la communauté équestre internationale.