Renforcement des mesures sanitaires pour les jockeys
dimanche 15 novembre 2020

Illustration jockeys
Illustration jockeys © Scoopdyga

A l’arrêt en mars et avril 2020, les réunions de courses avaient pu reprendre dès début mai grâce à un protocole de huis-clos strict sur les hippodromes. Ce protocole, dans la très grand majorité des cas observé avec rigueur et professionnalisme, a permis aux institutions des courses d’obtenir une dérogation pour le maintien des courses dès l’annonce du reconfinement le 30 octobre. Le protocole en place, déjà très strict, sera renforcé dès demain pour les courses de galop alors que plusieurs jockeys ont été testés positifs au Covid-19 dans la semaine.

A partir du lundi 16 novembre, les jockeys et toutes autres personnes titulaires d’une autorisation de monter (jeunes-jockeys, apprentis, gentlemen-riders et cavalières), délivrée par France Galop ou par une Autorité hippique étrangère, devront, pour être autorisées à monter, obligatoirement remplir avant leur arrivée sur l’hippodrome un questionnaire Covid-19 élaboré par France Galop. Dès le mercredi 18 novembre, ce questionnaire devra être doublé d’un test RT-PCR ou antigénique rapide sur un prélèvement nasopharyngé, de recherche de virus respiratoire responsable de la Covid-19, de moins de 10 jours dont le résultat devra être négatif pour être autorisé à prendre le départ. 

Dans un contexte de circulation active du virus, France Galop semble bien décidé à tout mettre en oeuvre pour concilier lutte contre le Covid-19 et maintien de l’activité économique. Pour rappel, l’arrêt total des courses durant les deux mois de confinement n’a pas été sans conséquences. La situation économique au moment de la reprise a impliqué une baisse des gains non négligeables pour les socio-professionnels :  20% en moyenne pour France Galop, 7,9% pour Le Trot. Sur la distribution de ces baisses, les deux sociétés mères ont tenu la même idée directrice : épargner les allocations des courses les moins bien dotées, afin de préserver l’entourage des chevaux de petites et moyennes catégories, majoritaires dans la filière. Ce sont ainsi les Gr 1 au Galop, et les courses A et B au trot qui sont les plus impactées, à hauteur de -40% pour les premiers et -15% pour les deuxièmes.

Retrouvez le protocole de huis-clos strict établi par la FNCH (Fédération nationale des courses hippiques) ICI