Arc de Triomphe : la surprise Waldgeist
mardi 08 octobre 2019

Waldgeist et Enable Arc de Triomphe 2019
Si il a mis du temps à s'enclencher, Waldgeist n'a laissé aucun répit dans les cent derniers mètres à la crack et favorite Enable, en lice pour un triplé dans l'Arc © Scoopdyga

Plus qu'attendue pour une troisième victoire dans l'Arc de Triomphe, la crack et chouchoute du public Enable a rendu sa couronne dimanche 6 octobre à Longchamps. Le terrain lourd n'a pas aidé la ballerine, mais il en a été de même pour tout le monde. A Longchamp avant-hier, le plus fort était Waldgeist, auteur d'une accélération remarquable à mi-ligne droite.

Dimanche 6 octobre, les nombreux spectateurs massés dans les tribunes de l'hippodrome ParisLongchamp à l'occasion du Qatar Prix Arc de Triomphe n'avait qu'une question en tête : Enable, deux fois gagnante de la mythique course, réussira-t-elle le triplé qui la fera entrer dans l'histoire ? Avant Enable, Trêve avait déjà tenté l'exploit de remporter par trois fois l'Arc. La protégée de Christiane Head, après s'être imposée en 2013 et 2014, n'avait passé le poteau en tête en 2015. Quatre ans plus tard, une autre jument, a remis sur la table ce mythique triplé, jusqu'alors jamais réalisé. Après voir remporté l'Arc en 2017 et 2018, la fille de Nathaniel était dimanche 6 octobre en lice pour s'imposer une troisième fois consécutive. Et son jockey, son entourage, comme le public a cru à la victoire jusqu'aux cinquante derniers mètres. 

Du suspens jusqu'aux cinquante derniers mètres

Sur une piste rendue collante par les nombreuses averses du week-end, la course a longtemps été menée par l'Anglais Ghaiyyath, suivi de Magical et Fièrement. Derrière ces trois animateurs, Enable, auteure d'une belle saison et en parfaite forme, se tient en embuscade, suivie de près par son rival Sottsass, ainsi que Waldgeist, entrainé par André Fabre. Dès la sortie du dernier tournant, alors que le rythme se durcit, Ghaiyyath, Magical et Fièrement reculent dans le peloton. 

Débute alors une lutte à trois entre Enable, Sottsass et Japan. À 150m de l'arrivée, la jument entrainée par John Gosden marque une impressionnante accélération. Derrière, Sottsass et Japan luttent toujours tandis qu'Enable semble s'envoler pour une victoire toute acquise sous les encouragements d'un public conquis. Mais c'était sans compter sur Waldgeist qui déboule à l'extérieur. Le mâle, monté par Pierre-Charles Boudot, a mis un peu de temps à s'enclencher mais semble, à 100m du poteau, en pleine possession de ses moyens. A la corde, l'action d'Enable se réduit : le terrain lourd handicape la jument tandis que Waldgeist s'invite en tête au passage du poteau, avec un peu moins de deux longueurs d'avance. Pour le jockey, c'est un premier sacre dans l'Arc, pour André Fabre en revanche, cette victoire est la 8e dans la course considérée comme le championnat du monde des Pur-sang. 

"Gagner l'Arc est un sentiment incroyable"

Pour Dietrich von Boetticher, co-éleveur et co-propriétaire de Waldgeist avec son partenaire Andreas Jacobs, l'émotion était vive et la fierté, énorme ! L'éleveur avait d'ailleurs déjà vu un de ses produits s'imposer mais pas sous ses propres couleurs. "Gagner l'Arc, c'est un sentiment incroyable, et c’est surtout quelque chose qu’on essaie de réussir toute sa vie… Et en général, on n’y arrive pas ! Nous, ça nous a pris du temps. Dans le passé, nous avons élevé Hurricane Run qui a gagné l’Arc, mais pas sous nos couleurs. Et aussi Borgia, qui a terminé à l’arrivée de l’Arc. Pour remporter ce genre d’épreuves, il faut savoir parfois s’associer, ce que nous avons fait avec Andreas Jacobs, le propriétaire de Newsells Park Stud (où officie Nathaniel, le père d’Enable ! ndlr)."

Si Waldgeist semblait au top de sa forme, l'état du terrain inquiétait tout de même son entourage. "Le cheval m'avait beaucoup plu à Ascot cet été. Il était battu, mais il courait très bien et n'avait pas pris dur, broutant après son effort. Pierre-Charles en avait été très content et avait dit : on va gagner l'Arc. Il était très confiant. Sa préparation s'est très bien passée, il était en très bonne condition. Il est de plus en plus fort, plus mature. J'étais tout de même très inquiet quand j'ai vu toutes les pluies tomber, il avait fait tellement bonne impression en bon terrain lors du Prix Ganay", livrait après coup André Fabre. "Mais il avait déjà gagné en terrain lourd à 2 ans et il a montré qu'il s'adapte à tous les sols. J'ai beaucoup d'admiration et de respect pour Enable et je suis très fier de Waldgeist", conclut l'entraineur.

La liesse était aussi de mise pour Pierre-Charles Boudot. "Je ne réalise pas, je suis super heureux. Remporter l'Arc, c'est juste fou ! C'est le cheval de ma vie, je l'avais dit. Aujourd'hui, il a montré un grand cœur. On respecte beaucoup Enable, mais malheureusement aujourd'hui, elle est tombée sur plus fort. C'est un moment de fou, je peux mourir tranquille maintenant", lançait à peine descendu du cheval le héros du jour, qui a su attendre son acolyte durant la course : "J'ai eu du mal à suivre, ça allait très vite, la piste était collante. Mon cheval me demande du temps. Alors je l'ai laissé et dans la fausse ligne droite, j'ai eu un regain de gaz. Je l'ai ensuite décalé vers l’extérieur. Le cheval a un grand cœur. À l'entrée de la ligne droite, je les ai vus tous les quatre sur la même ligne et le cheval s'est ensuite allongé."

Rien n'a encore été actée pour le futur de Waldgeist, mais une chose est sûre : son bien-être sera avant tout pris en compte. "Pour la suite, je ne veux pas prendre de décision sans parler avec André Fabre. Nous ferons ce qu’il y a de mieux pour le cheval. Ce ne sont pas des machines mais des êtres vivants", détaille Dietrich von Boetticher. 

"En élevage, il ne faut pas suivre les modes"

Élevé en Grande-Bretagne, Waldgeist disputait sa 21e course, et gagnait pour la neuvième fois. Sa mère Waldlerche (Monsun) a gagné le Prix Pénélope (Gr3) après avoir été achetée 100 000 € aux ventes de Deauville. Elle a aussi donné Waldlied (New Approach), gagnante du Prix de Malleret (Gr2) . Une autre fille de New Approach, toujours inédite à ce jour, est née en 2015, un fils de Sea The Stars né en 2016 a débuté victorieusement chez John Gosden l'an dernier en Grande-Bretagne et gagné en août un handicap à Newmarket sur 2 000 mètres. "Dans l’élevage, il ne faut pas toujours suivre les modes. Dans notre haras, nous aimons ces grandes familles allemandes dotées de tenue. C’est d’ailleurs ce que nous avons aussi recherché avec notre étalon Nathaniel", indiquait Andreas Jacob, co-propriétaire et co-éleveur du vainqueur, avant de lancer : "C'est aussi beau que le jour de mon mariage !"