Roi du Lupin se paie Timoko à La Capelle
dimanche 06 juillet 2014

roi du lupin
Roi du Lupin s'impose en 1'10''9 à La Capelle © Paris Turf

La deuxième étape du Challenge du Trot à Grande Vitesse (groupe II – International – 1609 mètres) ce dimanche 6 juillet à La Capelle n’a pas souri à son favori, Timoko, qui s’est contenté de l’accessit d’honneur derrière Roi du Lupin. Encore une fois, les concurrents ne sont pas passés sous la barre des 1'10''5, ce qui remet en question le principe de la prime. Toutefois, le spectacle a été au rendez-vous.

Une course n’est jamais gagnée d’avance, même pour le meilleur cheval du Vieux Continent. En effet, Timoko (n°5), fort de ses succès dans l’Elitloppet et le Kymi Grand Prix, constituait l’attraction de cette deuxième étape du Challenge du Trot à Grande Vitesse, où la passe de cinq lui tendait les sabots. Mal garé néanmoins avec son couloir 7 derrière la voiture, le fils d’Imoko a été contré à son intérieur par Krangel (n°6). Du coup, Björn Goop a préféré reprendre dans le premier virage, passant aux derniers rangs. Le fils d’Imoko est passé à l’attaque au bout de la ligne d’en face, mais a dû produire un gros effort, avant de reprendre le dos de Rêve de Beylev (n°1).  
Pendant ce temps-là, Anthony Barrier et Roi du Lupin (n°5), parti au trot aujourd’hui, contrôlaient facilement les opérations. Le champion de Richard Westerink a une nouvelle fois mis son cœur sur la piste pour finir, mais n’a jamais pu remonter le Roi de Maupertuis, qui s’adjuge ici le nouveau record de la piste de La Capelle en 1’10’’9. Il détrône ainsi Commander Crowe, lauréat l’an passé en 1’11’’1, soit le même chrono que Timoko cette année.
Anthony Barrier remporte son septième groupe II en compagnie du fils de Fleuron Perrine : «Elle est belle et méritée cette victoire. On tournait autour depuis pas mal de temps. Je n’avais pas regagné avec lui depuis son retour à la compétition. Je n’ai pas hésité à aller devant, avant de le faire souffler dans le dernier tournant. Il est bien reparti ensuite.»
Jean-Paul Marmion a rajouté : «Il a dû négocier le premier virage à trois épaisseurs, avant d’avancer en face. Il restait sur trois 1600 mètres, ces courses ont dû lui apprendre à respirer. Je pense que c’est ce qui nous fait gagner aujourd’hui. A 100 mètres du poteau, je savais qu’on allait gagner car Timoko calait un peu. Au mois d’août, nous serons de la partie à Mons et Cagnes.»
Deuxième de cette épreuve en 2013, Rêve de Beylev (n°1) prend cette fois la troisième place, mais de peu car Oibambam Effe (n°2) a remarquablement fini en dehors.
Revoir la course.
Retrouvez l'interview de Richard Westerink, en cliquant ici. 

Toute l'info des courses est sur www.paris-turf.com