Comment le pôle de Deauville a-t-il organisé son confinement ?
jeudi 02 avril 2020

Deauville
La ville équestre balnéaire n'échappe pas aux règles du confinement © Eric Knoll

Toutes les structures équestres ouvertes au public ont du fermer leurs portes il y a près de deux semaines à l’annonce du confinement, réorganisant leurs activités pour se plier aux règles de l’urgence sanitaire. Le pôle international du cheval de Deauville, qui accueille des chevaux de propriétaires, une école d’équitation, des cavaliers professionnels installés à l’année et de nombreux évènements sportifs fait le point sur les nouvelles habitudes prises.

Comme dans de nombreuses structures, la priorité du Pôle de Deauville a été de mettre un maximum de chevaux au vert, afin d’éviter les surcharges de travail au personnel en l’absence de nombreux propriétaires et cavaliers. « L’école d’équitation compte 296 licenciés et héberge vingt chevaux et poney d’instruction, qui sont actuellement au pré pour la majorité », indique Antoine Sinniger, directeur général du Pôle. Certains chevaux de propriétaires amateurs ont également été mis au pré, mais 64 équidés demeurent en pension sur le site. « Ils sortent chaque jour, sont travaillés et soignés par les salariés du Pôle. » Difficile période pour les propriétaires éloignés de leur chevaux « même si tous se sont rendus compte que c’était nécessaire pour garantir la sécurité et la santé de chacun ». Antoine Sinniger mise alors sur la continuité du contact. Appels téléphoniques, groupe WhatsApp, nouvelles sur les réseaux sociaux : propriétaires et licenciés de l’école d’équitation ne manquent rien du quotidien de confinement des équidés et de l’équipe ! « Il est important de maintenir le relationnel. C’est tous ensemble que nous pourrons préparer l’après crise et rebondir », insiste le directeur général. -

De nombreux impacts

Cette crise sanitaire sans précédent a contraint le pôle d’annuler de nombreuses manifestations nationales et internationales. Antoine Sinniger anticipe déjà l’impact économique : « C’est une véritable angoisse pour nous. Certaines de nos manifestations représentaient aussi un vecteur économique important pour la ville de Deauville et ses environs. » Toutes les manifestations initialement prévues jusqu’au mois de mai sont pour le moment annulées ou reportées mais le Pôle navigue à vue, « nous n’avons aucune visibilité ». Et de conclure : « Il est clair que nos pratiques et habitudes vont changer  dès les reprises des premières compétitions après le confinement. En attendant, nous restons attentifs à l’évolution du virus et aux mesures de l’Etat ».

Planning aménagé pour les cavaliers professionnels 

Outre des propriétaires amateurs, le Pôle de Deauville héberge également des cavaliers professionnels de saut d’obstacles à l'instar de Félicie Bertrand, Clément Boulanger, Tony Hanquinquant et Robert Breul, ainsi que le cavalier de dressage Bertrand Lebarbier, eux aussi soumis aux règles du confinement. Des plannings et horaires ont été aménagés afin qu’is partagent le mieux les pistes sans se croiser. Ils continuent évidemment d’entraîner leurs chevaux, mais en vase clos.