Éric Lamaze reçu 5/5 par la FEI
vendredi 07 août 2020

Image d'illustration
Image d'illustration © Scoopdyga

Il semblerait que le coup de gueule d’Eric Lamaze n’ait pas laissé la FEI indifférente. L’instance reine des sports équestres a fait parvenir ce vendredi un communiqué dans lequel elle rappelle l’importance du respect des consignes sanitaires liées à la pandémie de Covid-19.

En juillet dernier, Eric Lamaze publiait un long message sur sa page Facebook. Il soulignait dans son coup de gueule les défaillances et incohérences liées aux mesures de lutte contre la Covid-19 sur les terrains de concours. Ce vendredi, la FEI – par le biais du Docteur Mark Hart, membre du comité médical – a tenu à rappeler que les recommandations et mesures sanitaires liées à la Covid-19 devaient être respectées. 

« La responsabilité de tous »

Dans son communiqué, la FEI souligne que « nous ne pouvons pas appliquer uniquement les règles qui nous conviennent et ignorer celles que nous ressentons comme un désagrément. En d’autres termes, nous demandons la stricte application de toutes les règles et recommandations sanitaires et notamment le port du masque, la distanciation physique et l’usage régulier et rigoureux de gel hydro alcoolique » sur l’ensemble des terrains de concours. Elle souligne d’ailleurs que la responsabilité du respect de ces règles est partagée entre tous les individus présents sur le concours, et n’incombent pas systématiquement aux organisateurs. « Notre responsabilité s’étend bien au-delà de nos objectifs professionnels et sportifs – mais ils ne sont pas incompatibles. Nous pouvons atteindre ces objectifs tout en assurant la sécurité de chacun, mais nous devons changer notre comportement. Si nous voulons que les compétitions reprennent, nous devons montrer que nous sommes responsables et concernés. »
Ce rappel suffira-t-il à changer le comportement des personnes présentes sur les concours ? Rien n’est moins sûr, d’autant que la FEI ne fait pas mention de contrôles du respect de ces règles, et encore moins de sanctions. 

Le communiqué est disponible (en anglais) : ici