Quand le Covid accélère l’innovation en Allemagne
vendredi 31 juillet 2020

Da Vinci (Don Royal) a été adjugé pour 35 000 Euros lors de la vente des championnats d’Allemagne du Sud à Darmstadt © Coll.

Grande organisatrice d’évènements hippiques, l’Allemagne a évidemment pâti de la crise sanitaire mais a su rebondir. On y décompte de nombreux évènements “online” alternatifs. Et Outre-rhin, les ventes aux enchères ne font pas exception à l’engouement du public pour le numérique.

Le célèbre « CHIO Aachen » à Aix-la-Chapelle a été annulé pour 2020. Une nouvelle date est fixée pour 2021, du 25 au 4 juillet. Les organisateurs proposent malgré tout un « Concours Hippique International Online » : le « CHIO Aachen digital ». Michael Mronz, directeur général d’Aachener Reitturnier GmbH, explique : « nous voulons transmettre l’atmosphère du CHIO par le biais de 6 émissions de 90 minutes qui seront divertissantes et sportives du 4 au 9 août. Il y aura des vidéos et des interviews avec Ludger Beerbaum, Isabell Werth, Ingrid Klimke ou encore Jessica von Bredow-Werndl et autres. » Une compétition virtuelle de complet est aussi programmée et elle sera à voir gratuitement sur : YouTube, Facebook et sur leur site internet. Un évènement physique a également été ajouté au programme, le « Aachen International Jumping » , organisé du 4 au 6 septembre dans le stade de dressage où 50 des meilleurs cavaliers internationaux et 25 des meilleurs jeunes cavaliers ont déjà accepté de participer (voir ici). 

Le salon « Equitana » 2020 est remplacé cette année par « EOA@home », une plateforme online, du 7 au 9 août, consacrée à des conférences, commentaires de stages, des shows, présentations du matériel autour du cheval. Pour y avoir accès, une contribution entre 1 et 19€ est demandée. 

La Fédération nationale, ClipMyHorse.TV, Black Horse One et SAP coopèrent pour créer une plate-forme d’entraînement online. Les cavaliers qui souhaitent des conseils professionnels en dressage ou saut d’obstacles peuvent envoyer une vidéo (pas plus longue que 10 minutes) qui sera commentée par un entraîneur ou  notée par un juge. La réponse sera facturée entre, 8 et 50 euros. 

Le numérique s’impose aussi pour les ventes aux enchères

Pendant le confinement, Internet a occupé une place prépondérante dans la communication et la commercialisation. Privés de la présence physique des spectateurs ou des clients, les acteurs ont dû innover. De nouvelles ventes aux enchères en ligne ont fait leur entrée, dont la “Online-Reitpferde-Auktion” du 23 au 26 avril, organisée par le Gestüt Tannenhof. Paul Schockemöhle, Hof Kasselmann et Andreas Helgstrand profitent aussi du  format numérique des ventes aux enchères pour élargir leur offre de chevaux de sport et de foals destinés à la vente. Certains proposent également des ventes hybrides, offrant la possibilité de miser soit sur place, soit par téléphone, soit par internet.

Lors des championnats d’Allemagne du Sud à Darmstadt, un foal mâle de Don Royal a été vendu pour 35 000 Euros. Le top-price (34 500 euros) de la vente en ligne des foals du stud-book Holstein le 25 juillet a été atteint par un fils de Million Dollar. A la même date, le stud-book Trakehner organisait une vente hybride où le prix moyen s’élevait à 14 470 euros. Les prix atteints lors des ventes en ligne s’alignent aujourd’hui sur ceux d’une vente traditionnelle. L’enchère en ligne s’adressant de plus à une clientèle plus large…