Virtual Eventing : compétition virtuelle, dons et rigolades bien réels
dimanche 10 mai 2020

Sebastien Cavaillon Sarah d'Argouges Virtual Eventing
Pour l'inspection des chevaux, Sarah d'Argouges était aussi apprêtée que pour les plus grands rendez-vous internationaux. Peut-on en dire autant de Sébastien Cavaillon ? © Coll.

La crise du Covid-19 a eu cette particularité de faire émerger de jolis projet de solidarités et des projets innovants en cette période inédite de confinement. Le Virtual Eventing, qui vient de se conclure, a allié les deux ! Durant quatre jours, le NAF Virtual Eventing a opposé des cavaliers du monde entier dans une compétition de concours complet virtuelle dans le but de lever des fonds pour les différents systèmes hospitaliers des pays luttant contre le coronavirus. Sur le même principe qu'un CCI, quatre épreuves attendaient les compétiteurs, qui ont, chacun leur tour et chacun chez soi, passé l'inspection des chevaux, un test de dressage, un de cross et un de saut d'obstacles.

Remportée par la Britannique Kirsty Chabert, la compétition était plutôt une franche rigolade. Une bonne bouffée d'air frais pour les spectateurs français avant la délicate phase de déconfinement national qui s'amorcera dès demain. Parce que être au sérieux sans se prendre au sérieux semble être la devise du monde du complet, les cavaliers en lice ont redoublé d'ingéniosité, pour les déguisements enfilés pour le trot up, et d'investissement pour la préparation des montures (aussi belles et brillantes qu'à Badminton sur le carré de dressage) et des parcours. D'autant que, sécurité, oblige les deux derniers tests se sont faits sans chevaux et ont mis la condition sportive des cavaliers à rude épreuve. Le cross et ses divers ateliers façon parcours du combattant a donné du fil à retordre aux concurrents, tout comme le parcours de barres au sol à dérouler à vélo. Des épreuves qui ont inévitablement amené à quelques situations franchement cocasses. De quoi faire le bonheur des commentateurs qui ont, pendant quatre jours, régalé les spectateurs de leur bonne humeur. Créer de la convivialité par écran interposé n'est pas chose aisée, il y sont arrivés ! 

Trois Français pour la Fondation de France 

Chaque concurrent participait pour aider le système hospitalier de son pays. Sur les cinquante engagés, trois étaient tricolores. Arthur Chabert, Thomas Carlile et Sebastien Cavaillon concouraient pour la Fondation de France et la toute première victoire de l'histoire sur un CCI virtuel a bien failli se solder par une Marseillaise. En tête après le dressage et le cross, Sebastien Cavaillon a accumulé les pénalités sur l'hippique. La France est malgré tout représentée sur le podium par Thomas Carlile. Un classement sans grande valeur sportive, certes, mais qui met en exergue l'implication des Tricolores dans ce projet inédit. En tout, ce sont 153 089 £ qui ont été récoltés pour les différentes associations, soit un peu plus de 173 000€ ! Evidemment, chacun aurait préféré être à Badminton pour admirer le plus mythique des 5* du monde. Rendez-vous l'année prochaine outre-Manche donc, pour une inspection des chevaux plus "British" ! A moins que certains cavaliers ne prennent au mot le défi lancé par les spectateurs au sujet des déguisements... 

www.virtualeventing.com