Au paradis de Jean-Louis Gouraud
lundi 22 octobre 2007

gouraud-livre
gouraud-livre

Une fois de plus, ce nouvel opus de Jean-Louis Gouraud ouvre ses pages à un monde peuplé de chevaux d’ailleurs. L’orient, enfer et paradis du cheval nous éclaire largement sur la diversité de la culture orientale.

Ce quatrième tome, inauguré avec l’Afrique, poursuivi avec la Russie puis avec l’Asie, se balade du Maroc jusqu’en Inde.

Le livre fourmille d’anecdotes riches et savantes, drôles et colorées. Les pages aiguisent la curiosité avec un savant savoir, mélangé à un humour presque potache. Amateur entre autres de bons mots et de chevaux, Jean-Louis Gouraud n’a pas son pareil pour brosser (ou plutôt bouchonner) des portraits et raconter de belles histoires à la manière d’un griot.

Ainsi, on est surpris d’apprendre qu’un guérisseur est enterré près de son cheval dans un des plus grands cimetières musulmans: lorsque vous visiterez Istanbul, vous ne manquerez pas la tombe de Karacaahmet et celle de son cheval.D’ailleurs, on peut s’étonner du goût prononcé de l’auteur pour les tombes d’équidés qu’il nous décrit comme celle de Londres ou celle d’Istanbul. On se souvient de sa découverte à Tsarskoye Selo en Russie de l’hôtel impérial des chevaux invalides du Tsar devenu nécropole exclusivement équine. Sa restauration avance bon train grâce à lui.

Il peut aussi étriller quelques critiques envers le sort que l’on réserve aux bêtes de somme. Mais tous les amis des chevaux sont les amis de Jean-Louis Gouraud. Alors toutes les rencontres que notre globe-trotter a faites finissent par dessiner et raconter un paysage mondial du milieu du cheval très hétéroclite et enrichissant. Tel un Tintin reporter, nous retrouvons notre Jean-Louis à cheval sur un barbe puis enfourchant un Marwari aux balzanes colorées au henné pour rebondir ainsi de pays en pays. Algérie, Turquie, Inde, on y croise des chamans, des haflingers, des baudets du Poitou, etc.

Serait-ce vraiment le dernier tome comme semble l’annoncer le texte de la quatrième de couverture? Boucler un tour du monde en quatre petits tomes, Jean-Louis, ce n’est pas sérieux. Il manque des continents à votre collection. L’herbe de la Pampa chantant sous les sabots d’un criollo ne vous tente pas ? Et la vieille Europe que vous avez pourtant traversé d’Ouest en Est avec vos fidèles quadrupèdes ?

En vente :à la Librairie du cheval, 21 rue du Sentier, Paris 2e Et sur www.cavalivres.com