Benoit du Peloux, très à cheval sur l'humour
mardi 07 avril 2020

Benoit du Peloux
Benoit du Peloux © Coll.

Le dessinateur angevin Benoit du Peloux a annoncé la sortie de son nouvel album Triple Galop et d'une nouvelle histoire, Tracnar et Faribole.

"J'ai toujours été amoureux du cheval, c'est un si bel animal. Tout petit j'étais fasciné par la gentillesse du percheron de mon grand-père, puis comme ma famille d'agriculteurs habitait près de Saumur, j'étais plein d'admiration pour le carrousel et les parades du Cadre Noir mais faute de moyens, je ne pouvais pas monter moi-même" raconte Benoit du Peloux. C'est peut-être de là qu'il tient sa passion pour le dessin animalier. Tout gamin déjà, Benoit vivait un crayon en main et laissait aller son imagination vers les chevaux de western et l'étalon noir de Zorro. "Ce cheval splendide qui ferme le ban avec un cabré spectaculaire est un souvenir gravé en moi", raconte-t-il. Adulte, il croque des cavaliers et des veneurs, il est donc tout naturellement recruté pour contribuer au Guide du cheval en 2000. Il produit ensuite des illustrations pour des magazines équestres. Afin de répondre aux critiques sur les légères inexactitudes d'une allure et pour se perfectionner, il observe les montures de ses amis. "Un cheval est difficile à dessiner joli, grâcieux, avec de l'expression... c'est en l'observant qu'on engrange beaucoup d'images", détaille-t-il. Il s'offre également des séances d'équitation hebdomadaires pour devenir un bon cavalier et de l'ambiance des clubs sortent autant de personnages que de journées ainsi qu'une foule de gags qui ont inspiré Triple Galop ...

On connait bien cette série qui s'enrichit d'un exemplaire chaque année. Les mouvements sont très réalistes, on y retrouve des caricatures, un rythme vif digne d'un dessin animé, et l'on voit des chevaux dépités par les chutes qu'ils provoquent mais ô-combien complices de leur cavalier ! Le prochain épisode est d'ailleurs annoncé en septembre.

Avec Tracnar et Faribole, c'est une autre chanson! Dans ce monde médiéval, ça se dispute entre animaux (qui ont un regard humain) au cours d'une histoire aussi féroce que fantaisiste, dérivée d'un conte de Perrault (ou de Grimm) et assaisonnée des fables de La Fontaine ou de références aux films des Visiteurs. Le tout est extravagant et franchement drôle. Entre le sanglier doucereux, le renard rigolard mais sournois, les vieilles haridelles harassées et la frénésie des galopeurs à la belle robe lustrée, on se régale. 

www.bamboo.fr