Equidés à l'oreille coupée : les autorités tentent de faire des recoupements
mardi 14 juillet 2020

Chevaux pré
Chevaux pré © Coll.

Depuis le 1er décembre 2018, au moins onze cas d'équidés retrouvés morts avec l'oreille coupée ont été recensés en France. Puy-de-Dôme, Moselle, Yvelines, Somme... De nombreux départements sont touchés et le Service central du renseignement territorial (SCRT), dont nos confrères du Parisien se sont procurés une note datée du 30 juin, tente de faire des recoupements entre les différents cas. Pour la SCRT, il y a " une véritable volonté de porter atteinte aux équidés de manière générale tout en gardant une oreille en trophée. Des questions se posent sur leurs auteurs et leurs réelles intentions : superstition, fétichisme, rituel satanique, sectaire ou autre". Chevaux, poneys, ânes, de sport, de courses ou de loisirs, tous les types d'équidés sont touchés : le seul lien entre toutes les affaires est l'oreille coupée. D'après les témoignages de différents propriétaires d'équidés victimes de cet acte de cruauté, les auteurs des faits sembleraient savoir comment approcher les équidés et s'en prennent principalement à des animaux sociables, qui ne craignent pas l'homme. Une dizaine de cas ont été signalés ces deux dernières années, et quatre plaintes ont actuellement été déposées mais la propriétaire d'un cheval tué et mutilé, à l'origine d'un groupe Facebook pour regrouper les propriétaires victimes, affirme qu'il y en aurait en réalité eu une vingtaine de cas similaires à travers l'Hexagone depuis 2014.