Jean-Charles Caretti : du travail à pied à la compétition
mercredi 18 septembre 2019

Jean-Charles Caretti
Jean-Charles Caretti utilise la vidéo pour faire des retours filmés à ses élèves sur chaque séance © Claude Bigeon

Basé dans les Yvelines, Jean-Charles Caretti est un coach qui travaille en nomade. Sa particularité ? Il part du travail à pied pour aller jusqu’au travail technique pour la compétition, quelle que soit la discipline. Deux de ses élèves ont récemment participé à de belles épreuves internationales.

A 50 ans, Jean-Charles Caretti totalise une trentaine d’années comme enseignant. Il a dirigé des structures équestres, travaillé aux Emirats Arabes Unis et depuis dix ans, il a retrouvé une certaine liberté comme moniteur indépendant. Toutefois, ces dernières années, entre 2015 et 2019, il a aussi dirigé la formation Staps option équitation à l’université d’Orsay. « J’ai adoré, car c’était l’univers de la recherche », lance Jean-Charles, « Ce que j’aime avant tout c’est la recherche pédagogique et technologique, la biomécanique de l’humain et du cheval. En passant par le cheval, je touche la technique équestre. Fans mon approche, j’allie, l’enseignement (la technique), la formation (la culture) et le coaching (optimisation des performances). Il s’agit d’une méthode que j’applique quel que soit le niveau du cavalier. Mes aides naturelles sont mon regard, ma pédagogie, ma voix, mes mains, car je fais beaucoup de travail à pied, de longues rênes et je monte aussi les chevaux. Mes aides artificielles sont la technologie, c’est-à-dire le micro et l’oreillette pour être au plus près du cavalier, mais aussi la tablette car je filme et j’analyse la séance à travers un petit clip ».

La motivation de ce coach perfectionniste est d’affûter le regard de ses élèves en faisant référence à des images justes. Sa méthode se résume dans l’utilisation du renforcement positif pour le cheval et le cavalier. Il est d’ailleurs en train de créer un concept pour diffuser la belle équitation à travers des fiches d’apprentissage.

Avec Jean-Charles, pas de belles paroles mais la recherche d’un travail efficace qui permet de faire évoluer le couple. La preuve, deux de ses élèves ont récemment participé à de très belles épreuves. Alban Llorca, l’organisateur des endurances des Bréviaires, lui-même cavalier amateur a réalisé une magnifique performance en terminant 11e de la 160 km de Florac avec Unifly de la Saulire, en 10h50’49. Une sacrée performance pour un pur amateur, bien aidé par Jean-Charles Caretti qui travaille ses chevaux depuis quatre ans. « J’ai réalisé toute la préparation physique et musculaire pour faire face aux dénivelés de Florac. C’est un travail en longe et aux longues rênes. Cette performance d’Alban est due à un vrai travail d’équipe avec la famille Llorca, le maréchal ferrant et l’ostéopathe ».

Son autre élève qui a performé à bon niveau est Loicia Tirel, une de ses élèves de Staps qu’il entraîne depuis deux ans. « Elle est revenue me voir pour la biomécanique », précise Jean-Charles, « Elle a un DEJEPS et une licence en Staps. Elle est professeur de sport et monitrice indépendante. Le but est d’optimiser les chevaux en les préservant. Avec sa jument Raybann du Castera, elle a participé au CCI4* de Bramham (championnat du monde U25, ndlr) en juin dernier ». Malgré une hésitation dans le gué, elle termine 13e de cette épreuve très délicate et affiche un beau 35,3 lors du test de dressage.