L’incroyable chevauchée sur les traces de Jeanne d’Arc
dimanche 21 février 2021

L'incroyable chevauchée - couverture du livre
"L'incroyable chevauchée" retrace l’itinéraire de Jeanne d’Arc entre Vaucouleurs et Chinon afin d'aller sauver le roi de France. © DR

Jean-Michel Millecamps est un professionnel du tourisme équestre qui propose des randonnées sur des thématiques historiques. Il est également éditeur et vient de publier "L’incroyable chevauchée. 1000 lieues sur les traces de Jeanne d’Arc". Rencontre avec ce professionnel passionné d’histoire.

Comment résumeriez-vous votre vie de cavalier ?

Je suis professionnel depuis 40 ans et j’ai créé la société hippique de la Tanière en 1966. J’ai toujours été spécialisé dans le tourisme équestre. Si j’additionne toutes mes randonnées, je totalise 100 000 kilomètres à cheval. Mon plus gros projet à cheval a été le Tour de France des PNR (parcs naturels régionaux, ndlr) qui s’est déroulé, par morceaux, entre 1993 et 2002. Ma randonnée la plus longue a été une traversée de la France dans les années 70, avec 1500 km au compteur.

Êtes-vous dans la performance ?

Quand on voyage, ce n’est pas la performance qui est importante. Je ne compte pas les kilomètres. Ce qui est essentiel, c’est le voyage.

Qu’est-ce qui vous fait partir sur les chemins ?

Après mes quarante années de périples, je m’aperçois que je suis véritablement un nomade. Je suis heureux quand je voyage. J’aime bouger, mais pas vainement.

Parlez-nous de Jeanne d’Arc. Pourquoi ce livre ?

C’est le hasard ! Je suis tombé sur un itinéraire, qu’un professionnel de la randonnée, Christian Libbes (l’ancien président du CDE 95, ndlr), m’avait donné en 2005. C’était l’itinéraire de Jeanne d’Arc de Vaucouleurs à Chinon. J’ai repris l’itinéraire au mètre près en utilisant aussi le travail d’un géographe, Maurice Vachon qui avait dépoussiéré cet itinéraire, mais ne l’avait pas expérimenté comme cavalier. Je suis reparti des sources et j’ai passé dix ans à retrouver les chemins du 15e siècle, où Jeanne d’Arc était passée. Puis, nous les avons empruntés à cheval. Cette dimension du voyage à cheval est très importante. C’est un voyage physique et intellectuel.

Quelles sont les particularités de cet itinéraire ?

Au 21e siècle, tu te retrouves dans une ambiance du 15e siècle, à l’époque de la Guerre de Cent Ans. Tu rentres en communions avec cette héroïne. Pour être en phase avec le voyage de Jeanne d’Arc de Vaucouleurs à Chinon, nous sommes partis sur les chemins un 23 février, il neigeait. Et pendant onze jours, nous avancions sur un rythme de 35 à 70 kilomètres par jour. C’était très dur, mais aussi très simple. Nous étions quatre. Nous avons refait cet itinéraire, aux mêmes dates et avec les mêmes étapes. Et nous avons parfois fait des rencontres, signe que la tradition orale autour du passage de Jeanne d’Arc a survécu aux siècles. Je me souviens d’une fois dans un petit village où un habitant assez âgé nous avait dit : « Qu’est-ce que je suis content de voir des chevaux. Prenez ce chemin-là, elle est passée par là. » La plupart des chemins existent toujours, mais il faut avoir l’œil pour les retrouver. Une fois la cartographie tracée c’était facile.

Quel est le lien entre l’Histoire et cet itinéraire emprunté par Jeanne d’Arc ?

Jeanne a entendu une voix lui dire d’aller sauver le roi de France. Voilà pourquoi elle prend la route de Vaucouleurs à Chinon : pour convaincre le roi. Elle devient chef de guerre, repousse les Anglais à Patay et accompagne le roi Charles VII pour qu’il soit sacré à Reims. Il faut se rappeler qu’à l’époque, elle n’avait que 17 ans et cette aventure ne dura au total que 18 mois, entre 1429 et 1430, jusqu’à sa mort à Rouen. En voyageant sur les traces de Jeanne d’Arc, on aborde ce personnage d’une manière différente, avec une certaine intimité.

Comment a été accueilli cet ouvrage ?

Les lecteurs normaux sont dans le voyage. Les professionnels de l’édition sont déçus, car ils pensaient que je serais plus dans le récit de ma reconstitution de l’itinéraire. Mais, j’ai eu un coup de téléphone d’un auteur assez célèbre qui m’a plutôt encouragé à continuer. Vaucouleurs-Chinon, c’est un premier livre. Ce premier tome sera suivi d’autres. Je prépare le prochain, qui sera consacré à la campagne de la Loire et la route du sacre.

Quelle est la particularité de ce livre ?

Quand j’écris, je suis en écriture automatique, cela vient tout seul. Ce livre est un mélange de roman, de reportage sur le 15e siècle mais aussi de notes historiques avec des cartes et des croquis.

Jean-Michel Millecamps, L’incroyable chevauchée. 1000 lieues sur les traces de Jeanne d’Arc. Tome 1 : De Vaucouleurs à Chinon. Ed. SH La Tanière.