La fédération met le cap sur Tokyo
jeudi 30 janvier 2020

Réunion lacement saison olympique FFE tokyo
Sophie Dubourg, directrice technique nationale, a ouvert la réunion © FFE

La Fédération française d'équitation lançait officiellement hier, mercredi 29 janvier, la saison olympique à l'occasion d'une réunion organisée à la Maison du Japon à Paris, en présence des staffs et des cavaliers.

Ca y est ! La saison olympique est officiellement lancée par la fédération française d'équitation qui réunissait hier à Paris les acteurs, staffs et cavaliers, pressentis pour faire partie du voyage à Tokyo. Conformément aux règles olympiques, chaque fédération est tenue de procéder aux engagements nominatifs (douze couples maximum) le 1er juin avant de faire sa sélection finale (quatre couples dont un remplaçant) le 6 juillet. Autant dire que si chacun sait que la route est encore longue avant les JO au pays du Soleil levant, l'échéance va également arriver très vite. 

Un climat chaud et humide

Première réunion olympique de la saison, la rencontre organisée à la Maison du Japon à Paris hier a été l'occasion d'aborder de nombreux sujets. Le climat, qui s'annonce particulièrement chaud et humide (et donc difficile à supporter pour les athlètes humains et équins), a évidemment été évoqué. "Le climat au Japon cet été sera un enjeu principal. Il va faire chaud et le taux d'humidité sera très important. Ces facteurs devront être pris en compte dans la préparation de chacun" a notamment indiqué la FFE. Le Comité olympique a déjà pris en compte ces circonstances annoncées difficiles, raccourcissant le cross  de 10 à 8min. L'épreuve phare du concours complet se déroulera de 7h30 à 11h du matin, horaires où les températures ne sont pas les plus élevées. Des aires de détentes et de récupération avec des brumisateurs seront mises en place. "Nous organiserons les détentes pour préserver au mieux les athlètes", prévoit la FFE.  Par ailleurs, la nuit tombant tôt à cette période de l'année à Tokyo, la plupart des épreuves se dérouleront en nocturne, ce qui permettra de faire face au climat. Le nouveau format olympique, qui impose des équipes de trois couples et non plus quatre, a également largement été abordé, même si pour chacun, il est évidemment difficile de se projeter. 

Des infrastructures neuves et fonctionnelles

La FFE a annoncé que les chevaux sélectionnés voyageront en avion. Ils partiront de Liège pour 18h d'avion assurées par une compagnie spécialisée. Avant de s'envoler, ils devront avoir observé une période de quarantaine de sept jours que la fédération compte mettre à profit en organisant les derniers rassemblements fédéraux. "La FFE souhaite que les couples continuent à s'entrainer durant cette période", indique l'instance nationale. Une fois sur place, chevaux et cavaliers bénéficieront d'installations "très fonctionnelles et de grande qualité. Il y a 330 boxes répartis en 8 blocs. Les chevaux de la délégation française seront tous ensemble. Le Parc équestre où se dérouleront les épreuves était déjà existant. Les bâtiments sont neufs et semblent très bien conçus. Le site paraît compact et bien pensé. Le cross se déroulera lui sur le site de Sea Forest dans la baie de Tokyo." La délégation tricolore équestre comptera 44 personnes. "Les cavaliers et une partie du staff seront hébergés au village olympique. Les infrastructures sont gigantesques. Les appartements seront attribués pour chaque délégation. Les grooms seront hébergés dans des bâtiments neufs à proximité des écuries." La fédération a également indiqué qu'elle prendrait en charge deux chambres d'hôtel par cheval sélectionné pour la compétition. 

Les ambitions sportives 

La France a qualifié trois équipes en dressage, saut d'obstacles et concours complet. Les qualifications paralympiques se terminant ce week-end, il faudra encore attendre quelques jours pour savoir si la France aura un ou des représentants en para-dressage, mais la Fédération y compte bien. En dressage, Jan Bemelmans, entraineur national prévoit de mettre en place la saison sportive afin d'avoir des couples en forme à Tokyo. Côté saut d'obstacles, Thierry Pomel a lui détaillé le programme Coupe des nations qui ne manqueront pas de peser dans la balance des sélections, à savoir La Baule, Rome, Aachen, Sopot et probablement Knokke. "Les cavaliers seront attendus aux championnat de France au mois d'avril", a-t-il également rappelé. Enfin en concours complet, discipline qui s'était qualifiée le plus tôt et avec le plus de facilité suite à la médaille de bronze des JEM de Tryon,  "nous avons beaucoup de couples qui peuvent prétendre à une sélection. Nous allons faire un programme à la carte pour chacun. Le Grand National FFE sera toujours un circuit de référence pour la préparation", a indiqué Thierry Touzaint. Le mot de la fin est revenu à Serge Lecomte, président de la FFE : "il faut se souvenir que la France est l'une des nations qui aide le plus les sports équestres. C'est aussi grâce à tous les clubs et licenciés FFE que c'est possible. Ils vous encouragent, soyez-en fiers."