Nature et vénerie en fête
mardi 28 mai 2019

Nature et Vénerie
Nature et Vénerie © Béatrice Fletcher

Pour la 18ème année consécutive, Marie-Hélène et Pierre-François Prioux, maîtres d’équipage du Rallye Tempête basé à Pamfou (77), avaient concocté un programme riche et varié pour satisfaire le public venu en nombre au salon Nature et Vénerie.

Pendant deux jours, le Grand Parquet résonnait au son des trompes de chasse et des aboiements des quelques 2500 chiens présents sur le site. Au programme : présentation de meutes, d’une cinquantaine d’équipages de vénerie, d’attelages, d’archerie, de fauconnerie, de chiens d’arrêt, de chiens de berger, ou encore working test de Retrievers, sans oublier la traditionnelle messe de Saint Hubert du dimanche matin sur le terrain d’honneur du Grand Parquet. L’artiste équestre Santi Serra a une fois encore enchanté le public, qui découvrait également le sport équestre traditionnel Kazakh pour la première fois.

Le championnat du cheval de chasse

Côté sport et compétition, 44 couples étaient au départ du championnat de France du cheval de chasse. Sur les deux jours, les cavaliers devaient se plier à des épreuves de présentation, de sagesse (rester immobile au son du fouet et de la trompe, au montoir), parcourir un routier, un cross et une épreuve de maniabilité. Parmi les candidats au titre 2019 : Simon François, membre de l’équipage Piqu'Harville, basé en Eure et Loire, dans les forêts domaniales de Dreux et Senonches qui chasse le lièvre. Le jeune homme de 16 ans, qui chasse depuis quatre ans, était une fois encore au départ, en selle sur son poney gris pommelé de 13 ans, Lookout Calla Prince, avec lequel il remportait les éditions 2017 et 2018 du championnat.  Actuellement en 1ère S, Simon envisage de se diriger vers un BTS agricole. « L'ambiance est bonne, je fais aussi du CSO avec mon poney, même s’il préfère la chasse, Le championnat est assez diversifié, il réunit un peu les deux disciplines, c’est ce que je trouve amusant. » Simon le souligne, pour les trotteurs un peu corpulents, la maniabilité peut s’avérer un peu difficile, alors que le cross peut les favoriser. « Pour me préparer, je travaille surtout les épreuves de sagesse et de maniabilité, ainsi que l‘endurance, et je l’emmène beaucoup en extérieur pour préserver son mental. Pendant la période scolaire, je le monte le mercredi et le week end, et pendant les vacances je vais aux écuries tous les jours. Il sort tous les jours au paddock. » Le jeune homme, qui signait le meilleur temps à la maniabilité, se classait 3ème sur cette édition 2019, tandis qu’Isabelle Lemercier de Land’huy remportait la victoire avec Uruscan, accordant également la victoire à son équipage Piqu'Harville. Blanche de la Ferté Sénectere s’adjuge la 2ème place. Une fois encore, le succès de cette manifestation, s’est confirmé, puisque les organisateurs accueillaient environ 15 000 visiteurs.