Paris-Bruxelles-Gien-Saumur : le mois de Marine Oussédik.
mercredi 08 octobre 2014

 Marine Oussédik.
Marine Oussédik à Gien

Avec 3 expositions, une collection de faïences chez Gien et un ouvrage d’art chez Belin : Marine célèbre le cheval et le dressage. Claude Bigeon est allée à sa rencontre!

Si son style est singulier, reconnaissable au premier coup d’œil, Si le cheval est son sujet unique, Marine maîtrise une variété de matières infinie.

Elle esquisse, dessine, peint, trace d’élégantes silhouettes à l’encre, sculpte des bronzes, elle s’essaie à toutes les matières pour rendre hommage au raffinement du noble animal. Si Marine prend plaisir à le présenter dans toutes les matières, dans toutes les tailles, si elle a réalisé des statues de taille imposante et des jouets miniatures en bois, cette fois-ci elle rend hommage à l’équitation classique et au lusitanien, surnommé « cheval des rois »..

A Bruxelles, le 9 octobre s’ouvre son exposition de dessins, d’encres et de sculptures,  à la maison du faïencier Gien, autour de ses deux collections, l’une consacrée aux arabes « les chevaux du vent » et la toute  nouvelle initutlée « chevaux du soleil » et qui honore le cheval portugais. On y découvre des chevaux lusitaniens sur un fond de carreaux bleus, qui forment la signature du pays. Robe soyeuse lustrée par la matière brillante, harnachement luxueux et costumes de velours brodés brillent de tous les feux, la délicatesse des encolures est soulignée d’une frise et rehaussée d’un décor somptueux de salons aux carreaux de faïence bleutée, les azulejos. 

Du 29 octobre au 2 novembre, c’est au concours EquitaLyon qu’on pourra rencontrer Marine. Elle dédicacera ses dernières oeuvres consacrées à l’équitation classique : chevaux de haute école sublimés en plein exercice, saluant, sautant, cabriolant ... Un dessin comme un instant arrêté.

En effet, cavalière passionnée de dressage, Marine, qui a installé son atelier en Picardie prés des écuries où vivent ses compagnons équins, a consacré ses dernières recherches à l’équitation classique française, jusqu’à la sortie d’un bel ouvrage de référence.  Au Cadre noir de Saumur, les 16/17 octobre, elle participe aux « premières rencontres de l’équitation de tradition française » et elle y présente « Histoire de l’équitation française » entièrement consacrée à la méthode française de dressage classique, inscrite au patrimoine immatériel de l’UNESCO.  On y découvre une centaine de dessins originaux qui viennent renforcer les textes érudits de Guillaume Henry. Là, comme toujours Marine se montre aussi précise sur l’exactitude du mouvement et de l’allure de la monture que sur l’assiette et la tenue d’époque de son écuyer !

Programme:

Bruxelles : boutique Gien, rue des Sablons,  jusqu’au 6 novembre. 

Lyon : Eurexpo, Bd de l’Europe. 69 Chassieu. Exposition et dédicace du livre.

Saumur : Ecole nationale d’équitation. La cadre noit invite le festival Artcheval, jusqu’au 9 novembre.

visites@ifce.fr

02 41 53 50 60.

 « Histoire de l’équitation française » est publié chez Belin. Un livre d’art de 128 pages. 29E90. (Chez ce même éditeur on trouve des œuvres antérieures de Marine, plus pédagogiques, une méthode de découverte des races et du comportement des chevaux).

Saumur : Ecole nationale d’équitation. La cadre noit invite le festival Artcheval, jusqu’au 9 novembre. - visites@ifce.fr- 02 41 53 50 60.