Sortie du livre : "Les chevaux d'Islande"
mardi 08 octobre 2019

Les chevaux d'Islande
Les chevaux d'Islande © Coll.

"Ces chevaux magnifiques sont l'école de la patience et de la sérénité," Guadalupe Laïz.

A l'issue de 5 années de voyage, provoquant autant de découvertes comme l'apprentissage de la lenteur auprès des chevaux en liberté, Guadalupe Laïz, photographe argentine devenue exploratrice, s'est trouvée elle-même  : "leur sérénité m'a appris à aimer le calme, à laisser les choses venir et se dérouler à leur propre rythme. Ils m'ont appris à me fier à mon instinct."

L'Islande a la réputation d'inspirer les artistes, pour Guadalupe c'est vrai. Elle est passée parmi ces animaux sauvages en vivant à fond le terme islandais "insaei" qui exprime l'intuition, le monde intérieur, l'imagination sans limite, puis elle a choisi 300 photos et de belles histoires pour rendre hommage à cette race aussi pure que méconnue. Toisant de 135 à 150cm, ces équidés doux, coopératifs, courageux, ont le pied sûr, et ils sont solidement charpentés sous une robe-fourrure de toutes couleurs.  Depuis leur débarquement avec les Vikings en 874 ils résistent dans un pays rude, presque hostile, car ils sont frugaux et savent s'adapter. 

Le parti pris du livre? Montrer les chevaux dans la nature via des gros plans sur leurs bonnes bouilles hirsutes et des panoramiques de hardes galopant dans d'immenses espaces arides. On ne les voit pas travailler, ni jouer avec les hommes. Les photos sont un hymne à la nature : "la personne qui vit constamment en compagnie des chevaux en vient à se sentir insignifiante. Leur puissance alliée à une douceur remarquable éliminent toute trace de vanité." Si pendant des siècles, l'Islandais était un outil essentiel, il devient maintenant cheval de courses, d'endurance, d'attelage, d'équithérapie et surtout de loisir, lui qui pratique spontanément 5 allures: pas, trot, galop, plus l'amble et une 5è originale, "le tölt", une allure à quatre temps qui lui permet de courir vite longtemps en dégageant haut les antérieurs ... On trouve 250 000 Islandais dans le monde, mais aucun des exportés ne peut rentrer au bercail car les indigènes sont isolés de tout risque de contact extérieur porteur de maladie. Guadalupe y voit un modèle d'adaptation à la nature, encouragé et préservé par l'homme.

"Horses of Iceland," photos et textes en français, anglais, allemand. 80E. Edition teNeues.

www.teneues.com

www.horsesoficeland.is