Bienvenue à Hardelot
lundi 23 mai 2022

Hardelot
Hardelot © Sylvia Flahaut

Il y a dix jours, se tenait la vingtième édition du CSI d’Hardelot. Après deux annulations liées à la crise sanitaire en 2020 et 2021, l’une des plus belles pistes équestres de la Côte d’Opale a retrouvé ses cavaliers, pour son dernier rendez-vous international sur l’herbe. Retour sur cette vingtième édition dans le numéro 418 de L'Eperon Hebdo.

Il y a un peu plus de vingt ans, Hardelot, station balnéaire de la Côte d’Opale, organisait son premier concours international. Dans les années 2010, sous la houlette de Gilles Brousse, président, l’événement, alors labelisé 3*, a connu son apogée, voyant les meilleurs sportifs mondiaux (tels que Steve Guerdat, Jos Lansink, Philippe Lejeune, Peder Fredricson, la famille Whitaker, on en passe et des meilleurs) et tricolores défiler. Chaque édition, organisée au mois d’avril, était plus belle que la précédente et l’organisation devait souvent choisir ses invités (et refuser certains sportifs), ne disposant que d’une seule piste, pour éviter les programmes trop chargés et les épreuves à rallonge. Durant quelques années, le site, très prisé, a même accueilli deux internationaux, un 3* en avril et un 2* en juin, couplés à d’autres labels (1*, YH, Am), permettant aux visiteurs de profiter des atouts de la station, de sa plage, de ses golfs et de ses commerces, situés à proximité du stade équestre. Puis, dans un contexte où les concours internationaux se sont multipliés et le calendrier FEI a vu chaque week-end de nouveaux événements éclore, le CSI3* d’Hardelot n’a plus été autant plébiscité des sportifs de haut niveau, à l’instar de certains de ses homologues français.

En 2017, le CSI3* est déplacé du mois d’avril au mois de juin, pour garantir la qualité du terrain, et en 2018, il est revu avec un label 2*. Outre-quiévrain, l’émergence des Lier, Opglabbeek, Bonheiden, a convaincu beaucoup de Belges de faire moins de kilomètres pour faire du sport et du commerce, et de jouer finalement à domicile. L’arrivée de la crise sanitaire n’a pas facilité le travail de l’équipe organisatrice qui, comme souvent dans ce type de compétition, est composée de bénévoles. En 2020 et en 2021, en raison de la crise sanitaire, la compétition n’a pas eu lieu. Elle a ainsi fait son retour le week-end dernier, sur quatre journées. Cent-vingt chevaux étaient présents sur le site, pour en découdre au sein d’épreuves 2*, 1*, YH et Amateur.

La suite de cet article est à découvrir dans le numéro 418 de L'Eperon Hebdo (paru le 18 mai 2022), disponible sur notre boutique en ligne.