Le Pin : de belles perspectives pour le Percheron
mardi 27 septembre 2011

percheron urenzo
Urenzo du Bourguerin 1° Trait de 3 ans © Paul Dubos

Le percheron est beau de nature mais plus encore, superbement toiletté, en action dans un cadre grandiose comme celui du haras du Pin, il y a fait un tabac ce week-end, sous les frondaisons du parc du Hautbois .

Le mondial du percheron a en effet attiré et ravit quelques 55 000 spectateurs qui s’en sont mis plein les yeux et les appareils photos. Ce cheval fascine, il émeut même en ces temps tourmentés où sa placidité, sa puissance, son esthétisme nous ramènent aux vraies valeurs. C’est là sa chance et c’est pour ces diverses raisons qu’il est promis à un bel avenir que ce soit pour l’attelage, ou sous la selle, en utilisation de loisir mais aussi professionnelle. Il connaît d’ailleurs un bel essor aux Etats-Unis où on dénombre quelques 2000 élevages soit plus du double de la situation française (928 élevages), n’est ce pas là un bon présage ? A la fois lors du colloque le vendredi et les deux jours suivants sur le terrain, le public a pu entendre parler et voir les diverses utilisations, en particulier dans le cadre d’une activité économique ou la traction animale se développe: vigne, maraichage, débardage, entretien d’espace verts, transports en ville ou ailleurs (près de 20% des touristes du Mont St Michel seront transportés par des véhicules hippomobiles).On a d’ailleurs souvent entendu pendant le week-end, les termes: « cette nouvelle ancienne énergie » ou bien «  l’énergie animale à sa place dans le développement durable au même titre que l’énergie solaire ou éolienne et autre..»

Deux champions
Ces présentations de percherons à l’attelage (en particulier sur de superbes véhicules venant d’Angleterre) ou au monté (carrousels, dressage, courses, voltige) se complétaient du concours national, modèle d’étalons, de pouliches et poulinières soit 340 reproducteurs sur les quelques 450 sujets présents sur le site. Là encore le public s’est passionné faisant ses pronostics puis écoutant le verdict et commentaires des juges : « .Diligencier », moins massif, actif dans sa locomotion, de plus en plus de robe noire, ou « Trait » plus rond, plus volumineux, fidèle au gris pommelé, les deux ont leurs adeptes qui ne sont pas toujours d’accord. Du coup, cette année chaque catégorie a eu son champion, ce fut Val Cenis de Nesque, mâle de 2 ans, né chez le calvadocien Didier Lalonde et appartenant à l’élevage des Forges à St Aubin de Courteraie (61) pour les traits et Ut de la Vande, mâle de 3 ans, né dans l’Orne chez Sylvie Biget et appartenant au Manceau Lionel Blanchet, pour les diligenciers.
Ce mondial accueillait des chevaux mais surtout des visiteurs étrangers venant des 5 continents avec des Américains, Canadiens, Brésiliens, Japonais, Australiens, Sud Africains, Allemands, Roumains, Italiens, Belges, Suisse, Anglais. Plusieurs transactions se sont réalisés vers ces pays à des prix s’échelonnant entre 3500 et 6000 € plus par exception et de leur coté les Haras nationaux ont acquis 5 étalons au prix unique de 4500 € pièce. Pour les éleveurs, tous passionnés, tel Michel Paris de Vautorte en Mayenne qui présentait 20 étalons : « ce mondial est vraiment une occasion unique pour promotionner et commercialiser nos animaux, spécialement à l’exportation ». François Chouanard président de la SHPF avait tout lieu d’être satisfait de ce succès.
Photo 4577 le parc du hautbois dédié au percheron
  4579 les percherons au labour
  4584 attelage sportif
  4606
  4610 attelage publicitaire allemand
  4617
  4623 So British!