Ventura triomphe à Arles et décroche le premier trophée Jalabert !
vendredi 26 avril 2019

Diego Ventura à Arles
Diego Ventura à Arles © Florence Chevallier

Diego Ventura signe un nouveau triomphe dans les arènes arlésiennes sous l'ovation du public. La corrida de rejon est toujours un moment attendu en Arles car le peuple cavalier camarguais connaisseur vient assister à la traditionnelle corrida équestre du lundi pascal ; quelles que soient les conditions climatiques...Et ce fût, une belle matinée où les trois rejoneadores ont accompli leur mission car le passage dans la cité arlésienne en ce début de temporada est important, remarqué et bien sûr commenté !

Aussi, Diego Ventura, Léa Vicens et Rui Fernandés ont-ils sans faiblir fait démonstration de leur art de la tauromachie lors des trois tiercos et de leur art équestre avec leurs chevaux « stars ». « Figuras » de dressage et de haute école...

Chacun des toreros cavalier a mis en lumière ses chevaux au dressage expérimenté. Une discipline très exigeante qui demande nombre de qualités et qui nécessite un apprentissage dès plus long des chevaux. Preuve de leur renommée, les noms des équidés sont eux aussi inscrits sur des panneaux avant chaque tierco. 

Un geste que le public apprécie (Pablo Hermoso de Mendoza est à l'initiative de cette démarche) car ils sont tout autant les « vedettes » de ce spectacle à l'image des toreros. Ce sont des chevaux-toreros-vedettes et les trois cavaliers étaient venus avec le must de leurs cavaleries. Dolar, le célèbre cheval de Diego Ventura était bien sûr présent et c'est toujours sans brides que Ventura a mené ses actions face à ses taureaux. Et avec Nazari, au fait de son art, il a multiplié les pirouettes au nez du taureau. Ce que Lui Fernandes dans son bel habit lusitanien a entre autres lui aussi enchaîné avec maestria.

Léa Vicens, aussitôt applaudie lors de son entrée en piste dès son premier taureau, toujours aussi élégante, a mené au cours de cette corrida l'exercice avec la détermination fougueuse qui la caractérise. Réputée classique, elle a cependant, démontrée l'étendue de ses capacités. La cavalière  possède 18 chevaux toreros et on a pu admirer entre autres Deseado réalisant une levade face au taureau ou autres pas espagnols afin de faire signe à celui-ci de venir...

Le décès, l'an dernier juste avant la feria de Pâques, de l'ancien « empresa », directeur des arènes d'Arles, Luc Jalabert, a suscité beaucoup d'émotions. Cette année, un hommage lui a été rendu et un trophée à son nom est désormais remis au vainqueur de la corrida de rejon. Lui-même avait débuté sa carrière en tant qu'éleveur de chevaux et de rejoneador avec une reconnaissance jusqu'en terre portugaise haut lieu de la tauromachie équestre.