80 ans de Méjanes : Lorenzo a assuré le show
lundi 29 juillet 2019

Lorenzo 80 ans de Méjanes
Le domaine Paul Ricard a laissé libre court à l'imagination de Lorenzo pour célébrer en grades pompes les 80 ans de Méjanes : pari réussi pour l'artiste équestre qui a comblé son public © Florence Chevallier

« J'avais à cœur de présenter tout mon spectacle et je voulais que les gens voient du Lorenzo donc pour moi c'était essentiel de présenter à la fois mes sauts en poste et de la liberté où ils sautent aussi ! C'est un peu la représentation de tout ce que je sais faire ». Et quel panel magistral !

Lorenzo a été choisi pour être la figure marquante, emblématique, des 80 ans du domaine Paul Ricard à Méjanes, organisé par Michèle Ricard. Il a assuré une performance extraordinaire et grandiose avec ses seize chevaux au cœur de la Camargue près du Vaccarés... en ce bel été 2019.

C'est habillé en Hermès, avec une réelle élégance, en présence d'un public qui s'était déplacé en nombre au cœur des étendues de Camargue, que l'artiste a déroulé un spectacle inédit. Artiste de l'extrême et des sensations fortes, Lorenzo n'en a pas moins été touché par ce public très nombreux venu voir son show. « Le fait de voir autant de gens, sur des kilomètres, venus me voir m'a mis la pression et après je me suis reconcentré sur le spectacle », relate le cavalier "volant", heureux d'évoluer dans un espace « qui était un élément favorable au projet et qui permettait de proposer un spectacle avec seize chevaux. Au domaine, ils ont laissé libre court à mon imagination ».  Ainsi, a-t-on pu assister à un événement équestre de plus d'une heure comprenant une belle roussataïo, en pleine nature sur un sol de salicornes avec une visibilité impressionnante sur les immenses superficies du domaine Paul Ricard, limitées par le cercle que formaient les gardians et les attelages avec un accompagnement musical en live de guitaristes Gypsies.

« Je me régale de l'adrénaline, j'ai besoin de ressentir les mouvements à la limite de l'équilibre »

Habitués à cet environnement où ils sont entraînés tous les jours lorsqu'il y a des spectacles, les chevaux ont été un peu surpris par la présence d'un si grand nombre de personnes dans un milieu où ils ont l'habitude d'évoluer seul avec l'artiste international. Mais l'atout majeur de Lorenzo pour avoir réussi une telle prestation, c'est la connexion extraordinaire qu'il entretient avec ses chevaux. Ce lien étroit lui a permis de produire des enchaînements de numéros uniques. Cette connexion, Lorenzo l'a obtenue grâce à un apprentissage individuel avec chacun d'entre eux. « Je fais en sorte qu'ils se sentent bien avec moi. Après, ils se prennent au jeu et ils attendent vraiment leur tour. Le cheval aime bien les habitudes comme ça, il se sent bien dans ses positions mais par contre, il n'aime absolument pas la nouveauté, l'inattendu » assure l'artiste.

Cette relation de confiance qui s'est établie lui permet de réaliser ses figures spectaculaires. « Moi sur mes chevaux en poste, c'est naturel. Le plus dur, c'est de changer de chevaux car je leur ai donné toute ma confiance et ils assurent ma sécurité. Mon travail, c'est de constamment chercher la perle rare que j'aurai sous les pieds ».

Aussi, c'est toujours avec la même équipe qu'il travaille avec uniquement des remaniements de position, en fonction des numéros. Il existe des positions pour ses chevaux lorsqu'il y a moins de galop, par contre pour tout ce qui est physique, il met à contribution les plus jeunes. Ainsi, pour la partie sportive selon lui « le vrai boulot, c'est de garder les chevaux super sportif et moi également ». C'est pourquoi, la partie action qui est d'un très grand niveau, lui demande en conséquence un énorme travail. « Mon but, c'est de ne pas diriger les chevaux mais de donner de petites indications. Il faut que tout ait l'air facile mais tu dois anticiper les actions avec les rênes tu n'as pas », précise l'artiste équestre. Le cavalier le reconnaît, l'adrénaline lui est indispensable. « J'ai besoin de sentir ces mouvements à la limite de l'équilibre. Comme pour beaucoup de spectateurs, s'il n'y a pas un peu de risques, je ne suis pas pris dans le spectacle. Un mouvement périlleux pour le public est en réalité pour moi très technique. Il faut que je sorte de piste avec le cœur qui bat à fond ! ». Un vrai passionné...

Comme le dit si bien Michèle Ricard, « la passion, c'est le mot d'ordre pour célébrer le cheval, l'art équestre. Le public et les artistes font vivre le lieu. L'âme de Méjanes c'est la générosité, le partage ». Une philosophie de vie qu'elle détient de son père Paul Ricard, et qu'elle entend bien faire perdurer.