Cabaret de l’Exil, la nouvelle création de Bartabas
mercredi 20 octobre 2021

Cabaret de l'exil, le nouveau spectacle de Bartabas
Cabaret de l'exil, le nouveau spectacle de Bartabas © Alfons ALT

Trente sept ans après son premier « cabaret équestre », Bartabas emporte une nouvelle fois le spectateur dans un univers onirique avec sa nouvelle création inspirée de la culture yiddish et des œuvres du peintre Marc Chagall, Cabaret de l’Exil.

En 2019, Bartabas avait laissé entendre que son  spectacle « Ex Anima » serait le dernier. Les deux années de pandémie et de confinement ont généré chez Bartabas la nécessité de ressusciter le Cabaret équestre des origines, et de célébrer la convivialité et l’aventure humaine qui ont fait si cruellement défaut ces derniers mois.

Confortablement installé autour d’un verre de vin chaud, le spectateur assiste à deux heures d’un spectacle époustouflant d’émotion et de créativité, composé d’une douzaine de tableaux célébrant la culture yiddish, langue de l’exil par excellence, et la musique klezmer des Juifs ashkénazes nomades en référence au déracinement perpétuel du peuple juif. Sur fond de violon, accordéon, cloches, voix, cymbales et flûtes pastorales du groupe Le Petit Mish Mash, les scènes inspirées du peintre franco russe Marc Chagall, contraint à l’exil, dont l’œuvre s’inspire de la tradition juive qui a baigné son enfance, plongent le spectateur dans un univers à la fois joyeux, nostalgique, et parfois énigmatique. Ponctués de commentaires livrés avec humour par le comédien Rafaël Goldwaser sur la langue yiddish, les tableaux proposés par la tribu mi-hommes mi-chevaux de Bartabas réjouissent, lors des acrobaties des voltigeurs, enchantent lorsque les mariés de Chagall s’envolent dans les airs, attristent à l’évocation de l’incendie se son village natal de Vitebsk, ou intriguent, à l’image du tableau de la « crucifixion blanche » incarnée par une femme. Un spectacle rythmé et varié, qui emporte le spectateur dans un univers culturel et artistique parfois déroutant, dans une atmosphère chaleureuse et conviviale. 

Les Cabarets de l’Exil, déclinés sur quatre saisons consécutives, seront proposés d’octobre 2021 à mars 2022 au Fort d’Aubervilliers. Le premier volet célébrera la culture yiddish jusqu’au 31 décembre. 

Informations pratiques 
Du 19 octobre au 31 décembre 2021
Mardi, mercredi, vendredi, samedi à 20h30, dimanche à 17h30 
Relâche lundi, jeudi et samedi 25 décembre
Tarifs : de 21 € à 52 €
Billetterie : 01 48 39 54 17 
www.zingaro.fr
www.fnacspectacles.com

Théâtre équestre Zingaro
176 avenue Jean Jaurès
93300 Aubervilliers
À noter, le parking qui jouxtait le site a disparu. Il est vivement conseillé d’emprunter les transports en commun, ou de laisser son véhicule au parking de la porte de la Villette, puis de se rendre au Fort d’Aubervilliers en métro (ligne 7, deux stations)