Pas de spectacles de Noël cette année pour la compagnie Jehol !
dimanche 13 décembre 2020

Compagnie Jehol
Compagnie Jehol © Florence Chevallier

En raison des nouvelles mesures gouvernementales, le spectacle de Noël Davaï qui devait être produit au Haras de Hennebont avec la participation de la compagnie Jehol est à l'égal de toutes les activités culturelles, hélas reporté. C'est un sentiment de colère qui ressort de tous les professionnels du secteur culturel. Tous dénoncent une décision "injuste", d'autant qu'à l'instar de tous les lieux recevant du public, des mesures sanitaires strictes avaient été prises.

La troupe qui est installée à Villers sous Chalamont (25) devait prendre la route pour le haras de Hennebont en Bretagne (56) pour le très attendu spectacle de Noël. « En accord avec le haras, une partie du décor avait été adaptée, les sièges du premier gradin devaient être remplis pour que les gens soient suffisamment éloignés. Les chevaux devaient être en coulisse lors du spectacle et nous avons même réalisé une scène qui aurait du être aménagée pour les musiciens sur la piste » détaille Benjamin Cannelle, directeur artistique de la troupe Jehol. 

Les équidés de la compagnie Jehol

Plusieurs équidés feront partie du voyage : un poney, un âne, un mulet et une dizaine de leurs chevaux comtois. Ils sont issus de l'élevage créé il y a quatre ans par Benjamin et qui compte une quinzaine de poulinières. Plusieurs de ses produits se sont classés lors des épreuves montées de l'incontournable salon international de l'agriculture (SIA), organisé par les chambres d'agriculture et les filières de la région PACA. Son souhait ? Préserver l'aspect dynamique et esthétique des comtois, race que la troupe a toujours mis en avant. « Il est compliqué de trouver de la diversité dans la race comtoise. Il y a une sélection qui tend à les alourdir et à les rendre plus grands. On a décidé de sélectionner nos chevaux de spectacle et de les faire naître à la maison. Nous avons également trois poulinières PRE ». L'artiste travaillait en spectacle avec un bel étalon espagnol qui a « tapé dans l'oeil de [son] père », ce qui les a conduit à élever également des PRE et à mixer en piste différentes races de chevaux. « L'idée de départ, c'est qu'au bout de dix minutes de spectacle, on oublie que ce sont des comtois. J'avais envie d'une sensation d'équitation forte et de montrer d'autres chevaux dans mes numéros ». C'est d'ailleurs ce qui a poussé Marine Cannelle, épouse de Benjamin et artiste multidisciplinaire venue à la voltige équestre après son passage auprès de la compagnie équestre Pagnozoo, à rejoindre la troupe en 2012 avec son cheval Syrano (un comtois/ frison). 

Au sein de la compagnie, on laisse le temps aux équidés de se préparer aux représentations, de s'habituer à cet univers, aux différents sons afin qu'ils soient pleinement rassurés lors du spectacle et en harmonie avec les artistes et la musique. Le soin apporté à leurs chevaux est un atout pour la troupe qui n'est confrontée à aucune critique animaliste, aussi bien lors des déplacements que des représentations. « On défend notre spectacle de cirque moderne qui comprend l'art équestre et on s'entoure au moment de la création de gens de théâtre qui nous donnent une image neutre parce qu’ils n'ont aucune connaissance du monde équestre ». Le spectacle annulé sera présenté sur d'autres scènes en 2021...