Sandrine Bouglione
mercredi 27 juin 2001

Bouglione
Bouglione

Boas, lamas, dromadaires, bisons, tigres, zèbres ou colombes... et chevaux bien sûr ! Aucune espèce, ni aucun défi ne la rebute. Enfant de la balle, elle débuta à 11 ons sur une piste américaine

L’histoire a commencé outre-Atlantique. Sandrine Suskow, enfant de la balle, a suivi son père, célèbre dresseur (il présente cette année le numéro de tigres du cirque Alexis Gruss), aux États-Unis. Elle paraît pour la première fois sous les projecteurs à l’occasion d’un spectacle mettant en scène les trois cents enfants des employés de la “machine” Barnum. Trois chevaux sur la piste, dix ans seulement et un premier contrat signé à l’issue de sa prestation. On commence par lui confier trois quarter horses et trois hackneys... Quelques années plus tard, elle affronte une cavalerie de quinze chevaux. Heurt des méthodes et des cultures : la petite Française débarque avec ses airs de haute école au royaume des cow-boys ! “C’était un échange très enrichissant. Le dresseur français apporte son raffinement, son histoire équestre. Mais il repart avec le goût de l’audace et de l’innovation de ses confrères américains !” Car au pays de tous les excès, le cirque est au diapason de la démesure. Il remplit des stades, fait hurler les foules et arrondit généreusement le portefeuille des impresarii. Pas de sciure ni de chapiteau, pas de clown triste! “Le cirque tel qu’on le connaît en France, là-bas ça n’existe pas. La piste, c’est du béton, infernal pour les boulets des chevaux. Le public est très loin. C’est un grand show à l’américaine au milieu d’un public de fourmis !”

Alors, en 1991, retour vers l’intimité du vieux continent. La famille Suskow en a assez de travailler avec les animaux des autres, elle revendique sa propre ménagerie. Vœu exaucé pour Sandrine qui, en 1995, quitte la mairie de Neuilly à dos d’éléphant : elle vient d’y épouser André Bouglione (le fils de Joseph)! En cadeau de mariage, le couple reçoit sept somptueux camargues. Le choix est symbolique. La Camargue, c’est un peu l’histoire de la famille Bouglione, tradition de fêtes, culture manouche et passion pour la corrida. Évidemment, un camargue entier, ça ne se travaille pas comme un docile frison, surtout avec le ventre rond ! Une semaine avant son accouchement, Sandrine est toujours en piste, perlant de sueur sous la canicule... Depuis, elle a ajouté un nouveau crin à son arc : la haute école est entrée sur la piste. Dans un club parisien, elle rencontre Georges Douillet, un cavalier étonnant, militaire en retraite, ancien de Saumur, qui fut même interprète pour le général de Gaulle. Un monsieur très distingué qui, pris de passion pour le cirque, descend dans les rues de Paris pour s’entraîner à faire claquer le fouet. En contrepartie, il enseigne à Sandrine les raffinements de l’équitation classique. Dans Le Songe d’une nuit d’été, le dernier spectacle de la troupe Bouglione, l’écuyère est une ondine magnifique qui livre toute sa magie à un parterre d’yeux écarquillés. Une page de poésie à savourer dès la rentrée !

Voici les dates de la prochaine tournée du cirque Joseph Bouglione.- Saint-Michel-sur-Orge (91) du 5 au 9 septembre 2001.- Chantilly (60) du 17 au 21 septembre 2001.- Créteil (94) du 28 novembre au 19 décembre 2001.- Paris du 24 décembre au 4 mars 2002.Rens. : 01 45 00 87 05, et sur le site www.bouglione.com