Spectacle sous le ciel marocain
lundi 02 novembre 2009

maroc9-fantasia
maroc9-fantasia © Florence Chevallier

Au pays des mille et une nuits le spectacle équestre proposé dans le cadre du salon du Maroc à El Jadida sur l'hippodrome princesse Lalla Malika ne pouvait être que lumineux, festif et fastueux.

A l'image de l'organisation de ce salon qui a proposé sur une surface de 20000 m2 une exposition de l'art équestre marocain sous ses différentes formes. Bien sûr en point d'orgue la fantasia ne pouvait être qu'au rendez-vous...

Les spectacles mis en scènes par Maurice Galle-directeur artistique- avec la complicité de Fabien Galle aux commandes entre autres des éclairages ont été donnés en présence de son altesse le Prince Moulay Abdallah Alaoui. C'est sur la piste de la grande carrière que le public marocain nombreux a été séduit par les techniques de dressage de Haute Ecole de l'école équestre de Jerez mais aussi par la fougue de la troupe Hongroise et la dextérité de la troupe Mongol. Mais il a aussi été fortement amusé tout en appréciant le travail de dressage des numéros des artistes français . Le rôle de composition de Pieric dans « la peau » du professeur Tabourin- un rôle joué à partir d'un ancien professeur de village- a obtenu un vrai succès.

« Le public est très réactif et pas du tout complexé » explique l'artiste « L'idée de faire voltiger un petit vieux est toujours drôle. J'ai apprécié la fraîcheur du public marocain » renchérit celui-ci. Les petits chevaux falabellas menés dans une course effrénée ont ravi les spectateurs. Idem pour les numéros de Laurent Jahan qui lui aussi a été sollicité par le Dr Mohammed el Kohen membre de l'association organisatrice à la recherche de numéros à l'étranger dont des numéros à l'attention des enfants. « Le numéro El Corrazon du Far West » correspondait tout à fait au numéro comique souhaité et « celui au thème tauromachique » mettait en scène un cheval de type arabe en liberté. Beaucoup d'éclats de rire et de réactivité du public« qui adore applaudir » s'est réjoui Laurent Jahan. Mais aussi moment de rêve avec le travail en liberté de François Pignon. Le faste, l'exotisme de la fantasia accompagnée de musiciens a été un des moments forts du spectacle. La danse des chevaux mis en scène par Maurice Galle aux harnachements somptueux montés par des cavaliers superbes a rappelé la beauté de cet art ancestral.