Symphonie équestre : le music hall en harmonie avec le ballet des chevaux.
mercredi 23 mars 2011

Symphonie équestre-le groupe
Symphonie équestre

Ces chevaux n’ont peur de rien : ni du bruit, ni de l’orchestre, ni des applaudissements, ni des coups de fusil ! Symphonie Equestre est un bel hommage à leurs talents, comme aux qualités de dresseur de Bruno Boisliveau.

Le spectacle démarre fort, avec la séquence de don Quichotte errant dans la nuit désertique envahie de dunes ou de vagues en plastique bruissant, au son de l’opéra écrit par Jacques Brel. Puis c’est un duo de Poste hongroise accompagnant au galop des chants traditionnels du cru… Puis départ en Espagne avec un carrousel de cavaliers au travail autour des longues perches de la « doma vaquera » ...
Le spectacle conçu par Maxs Zola est double en fait. En fond d’estrade se tient l’orchestre symphonique de Brest Litovsk, derrière une douzaine de danseurs et, en contrebas, une piste en sable de 300m2 est réservée aux évolutions des cavaliers.
Les chevaux ibériques et lusitaniens incarnent toutes sortes de sociétés cavalières : des brigands de la prohibition aux Etats-Unis aux Argentins dansant le tango en passant par la Méditerranée et l’Europe centrale. Autant de  moments émouvants où chevaux et danseurs rivalisent de virtuosité. Et des instants de grâce absolue, comme ce lusitanien virevoltant seul sur un air de Bach joué à la contrebasse. Après le calme, la tempête : place aux voltigeurs, puis au flamenco débridé et au ragtime, ponctué par les sabots d’un cheval martelant une plateforme en bois au rythme des musiciens …
Entre deux moments émouvants, place à la démonstration d’intimité entre le dresseur et sa monture. Bruno fait rire les enfants en jouant avec son lusitanien immaculé dégingandé qui fait semblant d’être sourd, endormi ou carrèment en caoutchouc …
Du grand spectacle de music hall. Le public connait les musiques et marche à fond. II ne boude pas son plaisir… La magie se poursuit au long d’une vingtaine de tableaux fignolés par Maxs Zola « inspiré par le triangle indissociable entre le cheval, l’homme et la musique qui existe depuis la nuit des temps. » Et pour qu’on n’en perde pas une miette, les détails sont magnifiés par un écran géant. Au cours de l’entracte, on peut approcher les artistes et acquérir les affiches et le dvd du spectacle. Et on repart pour une nouvelle tranche de 40’ de bonheur.
Tournée :
Nancy Zénith, 22 mars 15h et 20h30 ;
Strasbourg Zénith, 23 mars 15h et 20h30 ;
Montbéliard Axone, 25 mars 15h et 20h30 ;
Chalon/Saône Parc des expos, 26 mars 15h et 20h30 ;
Morlaix Langolvas, 29 mars 15h et 20h30 ;
Nantes Zénith, 30 mars 15h et 20h30 ;
Le Mans Antarès, 1e avril 15h et 20h30 ;
Marseille, palais des sports, 5 avril 15h et 20h30 ;
Montpellier Zénith, 6 avril 15h et 20h30 ;
Limoges Zénith, 8 avril 15h et 20h30 ;
Châteauroux Tarmac, 9 avril 15h et 20h30 ;
Dijon Zénith, 10 avril 15h.
www.magic-all.com