Herning 2022 : Les paris sont lancés
jeudi 04 août 2022

Jérôme Guéry et Quel Homme de Hus, ici lors du CSIO5* de La Baule en 2022
Jérôme Guéry et Quel Homme de Hus, ici lors du CSIO5* de La Baule en 2022 © Scoopdyga

Nous y voilà. Les championnats du monde de Herning débutent (enfin) cette semaine avec, au programme, dix jours de très beau sport. Si rien n’est jamais joué d’avance, admettons-le, certains couples et équipes font d’ores et déjà figures de favoris. Quels sont ceux qui pourraient, cette année, s’emparer des titres tant convoités de champions du monde ? Éléments de réponse.

Tous les parieurs le savent bien : miser sur le bon cheval n’est jamais chose aisée. Car même si toutes les conditions semblent être réunies – l’état de forme physique et morale du cheval, les bons résultats lors des précédentes compétitions, la qualité de la piste, etc. –, aucun n’est à l’abri de voir un grain de sable s’immiscer dans l’engrenage pourtant bien huilé. En courses comme en saut d’obstacles, tout peut se jouer à un rien. Un quart de seconde, une barre frôlée d’un peu trop près, un angle négocié avec un peu trop d’audace… C’est peut-être d’ailleurs ce qui rend les paris si difficiles à prendre et à gagner. Ajoutez à cela le nombre très important d’excellents couples au départ de l’épreuve, il devient parfois presque impossible de viser juste.

Pour autant, au moment d’inscrire le nom de son favori sur le bulletin, on se dit qu’il y a des signes qui ne trompent pas. À l’occasion des championnats du monde de Herning, difficile donc de ne pas envisager, par exemple, une victoire de la Suède en saut d’obstacles. Car, avec une telle équipe, comprenant tout de même trois couples champions olympiques en titre – Peder Fredricson/H&M All In (Kashmir van Schuttershof sBs), Malin Baryard-Johnsson/H&M India na (Kashmir van Schuttershof sBs) et Henrik von Eckermann/King Edward (Edward 28, Hann) – ayant tous remporté au moins un Grand Prix 5* ces derniers mois, ainsi que les expérimentés Jens Fredricson/Marka n Cosmopolit (Cohiba VDL, Hann) et Rolf-Göran Bengtsson/Ermindo W (Singapore, Holst), les Suédois semblent bien avoir toutes les cartes en main pour décrocher l’or tant convoité aussi bien en équipe qu’en individuel.

Mais, face à eux, se trouveront plusieurs autres collectifs solides en raison de leur belle composition et de leurs résultats tout au long de la saison.

La suite de cet article est à découvrir dans le numéro 429 de L'Eperon Hebdo (paru le 3 août 2022), disponible sur notre boutique en ligne.