Aix, la der des der avant les Europe
samedi 20 juillet 2019

Nicolas Touzaint Absolut Gold CICO Aix 2019
Pour sa première participation au CICO d'Aix-la-Chapelle, Aboslut Gold signe sous la selle de Nicolas Touzaint la meilleure performance tricolore et termine à une très prometteuse 12e place © Scoopdyga

En 5e position avant d'aborder le cross, l'équipe de France alignée au CICO d'Aix-la-Chapelle a su conserver son rang grâce aux parcours sans-faute aux obstacles d'Alexis Goury, Christopher Six, Jean-Lou Bigot et Nicolas Touzaint. Le CHIO allemand était la dernière échéance pour les Tricolores avant l'annonce des sélections pour les Europe de Luhmuhlen, pour lesquels Thierry Touzaint compte bien courir pour une médaille !

Après la reconnaissance fédérale, Thierry Touzaint livrait hier que le triple brush et la dernière combinaison, qui nécessitait des biais très anglés, seraient certainement les juges de paix de ce cross 2019 d'Aix-la-Chapelle. Si ces enchainements ont effectivement posé des questions aux cavaliers, tout comme la combinaison du premier gué, qui aura occasionné deux chutes, le véritable enjeu aujourd'hui aura été le temps imparti. Seuls trois couples, logiquement classés aux trois première places individuelles, ont réussi à boucler le parcours sans-faute aux obstacles et dans le temps. "Il était difficile de rentrer dans le temps parce que les enchainements et combinaisons étaient à la fois techniques et massifs", analyse Michael Jung. "Il fallait prendre le temps de travailler ces passages pour espérer les passer sans encombre et donc très logiquement galoper fort ensuite pour rattraper le temps"

Quatre parcours sans incidents

De quoi faire relativiser les 9,20 points des ouvreurs Alexis Goury et Trompe l'Oeil d'Emery. Pas de regret du côté du cavalier d'ailleurs : "Je n'aurai pas pu être beaucoup plus vite, le tracé était vraiment sinueux". Le couple termine ainsi Aix-la-Chapelle de belle manière, et confirme sa progression. "Il a parfaitement tenu son rôle d'ouvreur", souligne Thierry Touzaint. "Le cheval a fait ce qu'on attendait de lui sur ce cross. Finalement, la seule bévue ce sont les trois barres à l'hippique, lui qui sort régulièrement sans-faute... Mais le couple confirme qu'il est en train de passer un cap". De très bon augure pour l'avenir du cavalier âgé de 24 ans mais qui compte déjà une bien belle expérience à haut-niveau.

Deuxièmes à s'élancer pour la France, Christopher Six et Totem de Brecey n'ont pas connu d'incident mais accusé eux aussi du temps dépassé (14,40 points). "J'avais un peu sous-estimé Aix-la-Chapelle", admet le cavalier, qui courrait dans les installations de la Soers pour la première fois. "On sait qu'Aix est difficile, mais tant qu'on ne l'a pas couru, on ne peut pas se rendre compte. Pour la première fois de ma vie, j'ai souffert durant les dix derniers jours d'une sciatique qui m'a empêché de monter, nous manquions un peu de préparation. Le cheval n'avait jamais demandé à souffler en fin de cross, ici j'ai senti qu'il fallait lever le pied. Mais il a réagi à tout de manière formidable et ne s'est pas posé de questions. Il ne fait que confirmer la progression fulgurante qu'il a connu l'an passé." Le patron des Bleus partage cette analyse : "Je suis persuadé qu'un peu mieux préparés, ils auraient pu mieux courir mais Christopher a assuré son rôle d'équipier, c'est le principal."

Pour Jean-Lou Bigot et Utrillo du Halage aussi le chronomètre aura été pénalisant (13,20 pts). "Jean-Lou avait déroulé un dressage très ordinaire donc il était là pour que l'équipe reste dans le coup. Dans cette optique, il a préféré prendre une option en fin de parcours. Il a rempli son rôle, je suis très satisfait même si avec ce cheval, le problème reste le plat. Nous essayons de trouver des solutions...", commente Thierry Touzaint.

Enfin, Nicolas Touzaint rentre lui aussi avec un peu de temps dépassé, mais au terme d'un parcours qui avait des airs de démonstration. Alors Absolut Gold, la bonne surprise française de ce CHIO ? "Oui et non, dans la mesure où on s'attendait à une bonne performance, mais on aurait été déçu si ça c'était mal passé. Nico est en train de construire ce cheval qui n'a encore que 9 ans. Il y a encore du boulot (il y en a toujours ! (rires)), notamment sur le plat, et quelques réglages sur les barres. Le point fort de ce cheval, c'est le cross. Il est maniable, facile et franc, c'est donc un test qui lui correspond parfaitement. Et aujourd'hui le cavalier a monté à la perfection, il a rempli ses contrats, c'était vraiment très très bien", explique Thierry. 

Cap sur Luhmuhlen

Le CICO d'Aix-la-Chapelle était le dernier rendez-vous sportif pour les couples français avant les championnats d'Europe à Luhmuhlen fin août. Qu'on se le dise, le staff fédéral ne donnera pas la sélection tout de suite. "On va prendre notre temps pour faire notre choix. On court Aix bien avant le stage de préparation pour bien regarder les chevaux et faire tous les check-up nécessaires. Ceci dit, je dois l'avouer, nous ne sommes pas très riches en couples sélectionnables". Une configuration qui n'empêche pas le sélectionneur tricolore de rêver d'une médaille d'or européenne, qui manque encore à son palmarès : "Ce ne sera pas facile, la concurrence est rude, mais c'est possible ! Ca va dépendre de l'équipe que je vais pouvoir composer, principalement en fonction des contrôles vétérinaires en rentrant. Si on peut amener les meilleurs chevaux, on ne sera pas favori, mais on sera en embuscade, alors pourquoi pas !"

Les résultats détaillés ICI