-->

Cross indoor de Saumur : Maxime Livio prive Luc Château du doublé
samedi 22 janvier 2022

Maxime Livio et Boleybawn Prince, ici à Genève en décembre 2021
Maxime Livio et Boleybawn Prince, ici à Genève en décembre 2021 © Scoopdyga

Le local de l’épreuve, Maxime Livio, a remporté avec Boleybawn Prince ce samedi soir le cross indoor de Saumur au nez et à la barbe du tenant du titre, Luc Château, toujours associé à Propriano de l’Ebat. La jeunesse s’est bien défendue puisque Julie Simonet, Héloïse Le Guern et Stéphane Landois, se répartissent le reste des places du top 5.

Ils étaient dix à s’affronter pour l’édition 2022 du cross indoor de Saumur, qui se tient à l’occasion des Journées du complet. Un retour attendu par le public après une édition 2021 annulée pour raisons sanitaires. Vingt-et-un efforts répartis sur dix-sept obstacles attendaient les prétendants à la victoire. Le tirage au sort avait attribué à Héloïse Le Guern l’honneur, mais aussi la lourde tâche, d’être l’ouvreuse de cette épreuve avec Canakine du Sudre Z (Felton du Mont). Pour le premier cross indoor de sa carrière, c’est un tour propre, mais prudent, qu’a réalisé la jeune cavalière de vingt-quatre ans, pénalisé de 4 points sur l’oxer IFCE et 3,6 points de temps. « J’ai pris beaucoup de temps (le chronomètre maxi était à l’origine de 1’19’’ avant d’être rallongé à 1’24’’ après le passage des trois premiers couples, ndlr) mais je n’avais pas l’impression de traîner. Les options arrivent très vite et je n’ai pas pu tourner court partout. Canakine a vu deux ou trois obstacles à la dernière seconde », commentait-elle, ne manquant pas de souligner une « super ambiance » tout en remerciant le public. La jeune femme termine finalement à la quatrième place. 

La jeunesse a donné du fil à retordre aux plus anciens puisque Julie Simonet, déjà impressionnante au Mans, a été la première à ne prendre aucune pénalité aux obstacles. Seul le chronomètre de la cavalière de Sursumcord’Or (Yarlands Summersong) lui a fait défaut en la faisant totaliser 3,6 points. « J’ai un cheval incroyable ! », affirmait-elle. « Il a été magique, il m’a sauvée sur l’oxer (qui aurait probablement été renversé si Sursumcord’Or n’avait pas d’aussi bons réflexes, ndlr). Il saute vraiment bien et est hyper respectueux. » Une performance qui lui permet de monter sur la troisième marche du podium. Car ce soir, à Saumur, c’est l’expérience a pris le pas sur la jeunesse.

Comme de bons vins

Au Mans, le mois dernier, il avait dit en riant « attendre que Punch (de l’Esques, cheval de Karim Laghouag, ndlr) prenne sa retraite » pour s’imposer dans un cross indoor. Ce soir, à Saumur, Punch ne faisait pas partie des engagés. Et quand Punch n’est pas là, Maxime Livio danse ! Le complétiste s’est imposé avec brio en étant le seul à effectuer un parcours sans la moindre pénalité. Comme au Mans, il avait choisi Boleybawn Prince (Colin Diamond), dix-sept ans, diablement efficace. « C’est un super cheval, j’ai une chance incroyable de le monter, il est intelligent, il comprend les choses avant moi. Avec lui, on peut prendre tous les risques. Ça permet de jouer vraiment et il s’éclate, il adore ça. Pour la petite histoire il était avec l’équipe de Thaïlande à Tokyo. Il a mon plus grand respect, c’est un champion », affirmait son cavalier, visiblement admiratif. 

Le vainqueur de la dernière édition, qui s’était tenue en 2020, Luc Château n’est pas passé loin du doublé avec Propriano de l’Ebat, mais il doit cette année se contenter de la deuxième place à cause de 1,2 point de temps dépassé. À quand même dix-neuf ans, l’étalon, fils de Clown du Chesnay, semble frais comme jamais et défier les lois du temps. « Ce cross s’est vraiment bien passé, Propriano a été très réceptif, ça me permet de le reprendre pour lui faire une pré-retraite en lui laissant un pied dans les concours, et il adore ça. »

Mention spéciale à Stéphane Landois

S’il fallait décerner un trophée de la maniabilité à un couple ce soir, il aurait assurément été pour Stéphane Landois et Atos Barbotière. Dans une interview, diffusé dans le n°400 de L’Eperon Hebdo, le cavalier de vingt-sept ans, vantait les mérites de son nouveau partenaire, autrefois sous la selle de Thomas Carlile. Ce soir, alors qu’ils avaient tiré le dossard n°4, le couple a littéralement enflammé les tribunes saumuroises. Et pour cause ! L’agile fils de L’Arc de Triomphe a réalisé des demi-tours impressionnants sur le tracé sinueux de Philippe Mull, en harmonie parfaite avec son cavalier. Malheureusement, porté par un public acquis à sa cause, Stéphane Landois s’est montré un peu trop gourmand en voulant serrer au maximum son virage pour aborder la combinaison de haies de biais, placée en n°4, ce qui a occasionné un refus de la part d’Atos. Mais cette faute n’entache en rien les qualités que lui reconnait son cavalier : « Le cheval est super généreux et très joueur, il adore ça. Il s’est fait surprendre en sortie de tournant et c’est de ma faute. Mais je me suis bien amusé ! », confiait Stéphane au micro de l’organisation après son parcours. Malgré un total de 10,8 points, toutes pénalités confondues, le duo termine tout de même à une très belle cinquième place. 

Pour consulter les résultats en détails, cliquez ici.