Derby Cross au pied du château de Grosbois
lundi 01 juillet 2019

Frédéric Borée, Alexandra Costecalde, Christophe Walacyk, Emmanuel Delpuech et Pascal Mulet Querner
L'équipe organisatrice des championnats de France de Derby cross : (de g. à dr.) Frédéric Borée, Alexandra Costecalde, Christophe Walacyk, Emmanuel Delpuech et Pascal Mulet Querner

Les 29 et 30 juin, le Domaine de Grosbois, situé à Boissy Saint Léger (94), habituellement réservé aux chevaux trotteurs, accueillait pour la première fois le championnat de France de Derby Cross. 350 cavaliers de catégorie amateur (4, 3 et 2), club (1, 2 et 3) et poney (2, 1 et Elite) avaient répondu présent.

C’est à l’association FEE (France Equi Events), et à son équipe de choc composée de Pascal Mulet Querner, Frédéric Borée, président du CDE 91, Emmanuel Delpuech, président du CDE94, et Alexandra Costecalde, à la tête de Chailly Equitation avec son époux Hubert, que l’on doit déjà le succès des épreuves de Ride and Run dont l’une des étapes s’était déroulée à Grosbois le 30 septembre 2018. « Quand nous avons vu le succès du Ride and Run sur ce site », explique Pascal Mulet Querner, « nous avons immédiatement pensé à organiser du concours complet, mais nous avons commencé par le Derby Cross. La discipline existe depuis quatre ans, deux championnats de France se sont déjà tenus à Lamotte Beuvron. En 2018, suite à l’épidémie de rhino pneumonie, le championnat programmé à Vernantes a du être annulé. Personne n’ayant candidaté pour 2019, en janvier, nous avons décidé de relever le défi. Nous avons pris contact avec la Société du Cheval Français, et nous avons eu un entretien avec Christophe Walazyc, le régisseur du site de Grosbois qui nous a donné son accord pour cette première édition. Nous avons également signé un partenariat jusqu’en 2024 pour organiser des événements exceptionnels sur ce site. La discipline est encore récente, elle est destinée à attirer des cavaliers de CSO, elle est à la fois ludique et  éducative, et permet de sortir les cavaliers des carrières en sable. Nous avons organisé les épreuves de manière très pédagogique, de sorte qu’elles soient agréables à monter, sans piège, en aménageant une piste par hauteur (70, 80, 90, 100, 110). Les cavaliers ne peuvent pas se perdre, les parcours sont entièrement sécurisés. »

Frédéric Borée, le chef de piste, l’explique,« les parcours se composent de 50% d’obstacles fixes, et de 50% d’obstacles mobiles sur un terrain de cross, sur une distance de 600 à 1200 mètres. Le site mis à notre disposition s’étend environ sur 20 hectares au pied du château, il comporte des dénivelés qui incitent les cavaliers à contrôler leur monture. Ils sont en autonomie totale mais sécurisée. » Si une partie des 40 obstacles fixes a été achetée à Benoît Marchand, Frédéric Borée en a lui-même construit quinze, notamment en récupérant les haies de l’hippodrome d’Enghein, qui mettait fin à son activité de courses d’obstacles fin 2016 pour se spécialiser dans le trot. Pas moins de 30 obstacles mobiles étaient également répartis sur les divers parcours. L’ensemble du matériel sera stocké au sein du site de Grosbois. « Dans l’avenir, il est prévu que le Domaine de Grosbois construise des gués ainsi que des contre-haut et contrebas » ajoute Frédéric.

Lors du prochain rendez-vous, l’équipe prévoit de proposer des épreuves de « Derby Eventing », qui se compose de Derby Cross et de dressage. A noter, le Domaine de Grosbois, en raison de la présence des trotteurs (1500 en hiver, environ 800 en été), a contraint les organisateurs à accueillir uniquement des chevaux vaccinés contre la rhino pneumonie, ce qui a sans doute limité le nombre d’engagés, tous les clubs n’ayant pas forcément vacciné l’ensemble de leur cavalerie. « Si nous voulons évoluer vers le concours complet, il nous faut construire une carrière en sable pour le CSO » pointe Frédéric Borée. « Nous réfléchissons aussi à organiser un championnat européen de Derby Cross ou Derby Eventing réservé aux catégories club et poney, un peu à l’image de l’Europ Pony en CSO, pour répondre aux attentes de notre principal vivier de clientèle. Nous avons tous un centre équestre, nous avons sollicité nos cavaliers pour nous aider, mais nous pensons nous limiter à cinq événements dans l’année car il nous a fallu une bonne dizaine de jours pour mettre en place les parcours pour cette première édition. » 

A l’évidence, le site de Grosbois dispose de tous les atouts pour accueillir dans les meilleures conditions non seulement les cavaliers, mais aussi leurs familles et accompagnateurs, qui bénéficiaient ce week end d’une vue intégrale sur les parcours, et avaient accès entre deux épreuves au magnifique bâtiment de l’Orangerie pour se mettre au frais et se désaltérer. 

Coup de chapeau à l’équipe organisatrice qui a le mérite d’innover, et de créer sur des sites exceptionnels des événements réservés aux cavaliers amateurs, club et poney, en y apportant autant de soin qu’à un événement de niveau international. 

Résultats complet sur https://ffecompet.ffe.com