En quête de progrès
jeudi 08 février 2007

lion7-kahn-lord-rp
Aurélien Kahn et Lord de Lignière - Ph. Les Garennes

En octobre dernier, Aurélien Kahn remportait le mondial du Lion avec Lord de Lignière. Depuis, si son écurie de pré-entraînement de course s’est remplie pour la saison « morte », celle de concours a vu l’arrivée de nouveaux élèves.

Et c’est posément que le cavalier installé à Morannes prépare la saison de quatre générations de chevaux.

Depuis votre victoire au Lion d’Angers, comment votre écurie a-t-elle évolué ?Aurélien Kahn : « Peu après le Lion, les jeunes chevaux de course sont rentrés aux écuries pour le pré-entraînement. C’est moi qui les débute en faisant les 10 premières séances. Une fois qu’ils sont faciles, on les change régulièrement de cavalier. Cela prend du temps d’autant qu’en plus, il y a l’écurie à gérer et des travaux à terminer. Mais tout est une question d’organisation. Je trouve le temps pour prendre une fois par semaine le camion, charger les chevaux de concours les plus avancés et aller faire le point à Saumur avec Thierry Touzaint. La semaine dernière, j’ai travaillé avec lui et Jean-Pierre Blanco pour le dressage. J’ai d’ailleurs eu plutôt de nouveaux arrivants dans mon écurie de concours que de chevaux partis cet hiver. Seul Maybe de Lignière (Kadalko*HN) a été vendu à une élève de Benoît Parent."

Comment allez-vous gérer le début de saison de vos chevaux d’âge, en particulier Lord de Lignière (Hand In Glove) et Lollipop de Lignière, sa demi-sœur ?Aurélien Kahn : « Je pense commencer par la 1A de Tartas avec Lord et « Lolli ». L’objectif sera de voir où nous en sommes d’un point de vue technique, s’ils sont assez matures pour ce niveau d’épreuve. L’idée est d’obtenir un résultat qualificatif pour un CIC*** puis pour un CCI***. L’objectif est d’améliorer le niveau technique des chevaux en se remettant en question après chaque concours, quitte à redescendre de niveau au concours suivant pour leur redonner le moral, mais tout en s’orientant vers le trois étoiles. Ainsi, il n’est pas impossible que nous fassions après Tartas le deux étoiles de Compiègne puis un CIC*** voire, en fin d’année, le CCI*** de Boekelo. Ce serait le schéma idéal. L’objectif avec Must des Sureaux (Stew Boy) est d’essayer de le rendre le plus compétitif possible en vue d’une qualification pour le mondial des 7 ans. Le projet est de lui faire faire le même circuit que Lord et « Lolli » ont fait l’an dernier, et notamment de participer au deux étoiles de Martinvast. Un classement y serait très positif. »

Les nouveaux arrivants sont donc des jeunes chevaux. Quels sont-ils ?Aurélien Kahn : « De manière amusante, nous sommes quasiment en famille avec les chevaux de 5 ans. Pour Only You de Lignière (Sleeping Car PS), la sœur de « Lolli », et Oreste des Sureaux, le frère utérin de Must, ainsi que pour Ocarat Nova Ly (Diamant de Semilly) et Ogabi Corubert (Gambit du Rozel) qui appartient à Laurene Candlot, l’objectif est la finale à Pompadour en septembre. Les deux chevaux de 4 ans feront quant à eux quelques épreuves, sans précipitation, avec Pompadour comme objectif : Stéphane Rémont, le propriétaire de Pirandello des Epasse (Veneur d’Etenclin*HN) souhaite qu’on préserve son cheval, et quant à Pacific Barbotière (Frascator Mail) qui est à Maxime Rouiller, je pense que c’est un vrai cheval d’avenir.