Eurydice Schauly : La championne qui rêve d’acheter une île…
mercredi 09 octobre 2019

Eurydice Schauly
Eurydice Schauly © Christine Marquenet

Fin septembre, Eurydice Schauly, 26 ans, est montée sur la seconde marche du podium dans le championnat de dressage réservée aux chevaux de six ans (Cycle libre) avec Don Djohnny d’Hans. Ce mardi, à Saumur, la cavalière du comptoir du cavalier à Allonnes (49) est devenue championne de France des enseignants en concours complet avec Appy d’Hulm. Eurydice Schauly a bien voulu répondre à nos questions.

C’est votre premier titre de championne de France ?

Non, j’ai été sept fois championne de France de concours complet : cinq fois à poney et deux fois à cheval dans les catégories minimes et juniors. Avec Appy d’Hulm, j’ai remporté le championnat de France réservé aux chevaux de 6 ans, ce qui m’a permis de courir le Mondial du Lion mais c’est mon premier titre dans le national des enseignants.

Votre famille est, je crois, très impliquée dans le monde équestre…

En effet, mes parents sont tous deux enseignants d’équitation et gèrent le comptoir du cavalier à Allonnes. De plus, deux de mes trois frères sont aussi des professionnels de l’équitation. Donatien, qui est militaire au centre sportif d’équitation militaire de Fontainebleau, a disputé les J.O. en concours complet et a été médaillé de bronze aux derniers championnats du monde par équipe.

Comment expliquez-vous ces performances dans des disciplines différentes ?

En fait, la discipline du dressage est l’un des trois tests du concours complet et il est indispensable nous de se perfectionner en dressage. Mais, j’avoue que je prends de plus en plus de plaisir à travailler cette discipline. A moyen terme, j’aimerais avoir deux chevaux de haut niveau en dressage et en CCE et, à long terme, qui sait, je basculerai peut-être vers le dressage 

Comment s’organisent vos journées ?

Depuis cette année, j’encadre des jeunes en formation qui se destinent à devenir des professionnels. Ils sont présents trois jours par semaine. Le matin ils ont des cours théoriques et l’après-midi de la pratique équestre. Deux autres jours, j’assure aussi l’enseignement pour des cavaliers du centre équestre. En parallèle, j’ai également sept chevaux au travail. Je les monte souvent très tôt le matin, à l’heure du déjeuner et parfois le soir…Le week-end, je suis souvent en compétition.

Avez-vous un rêve ?

Oui, j’aimerais, un jour, acheter une île… Un lieu de vacances où je pourrais m’isoler et méditer…