Gaspard Maksud, le plus britannique des Français
samedi 23 juillet 2022

Gaspard Maksud et Zaragoza, ici lors du CCIO4* d'Aix-la-Chapelle
Gaspard Maksud et Zaragoza, ici lors du CCIO4* d'Aix-la-Chapelle © Solenn Rispail

Installé en Grande-Bretagne depuis près de dix ans, Gaspard Maksud a fait à Aix-la-Chapelle ses premiers pas en équipe de France Senior. Souriant, sympathique et ambitieux, le complétiste s’est livré sur sa vie Outre-Manche.

À Saumur, en mai dernier, le public français découvrait Gaspard Maksud. Le complétiste, qui a fêté cette année ses vingt-neuf ans, revenait concourir dans son pays d’origine pour la première fois depuis 2013. Engagé dans le CCI4*-L avec sa jument de tête, Zaragoza (Cevin Z), il avait fait très forte impression en terminant quatrième. « C’est un garçon que je ne connaissais que de vue, on a fait connaissance ce week-end », nous confiait Thierry Touzaint à Saumur, pensant déjà beaucoup de bien du couple. « La jument et le cavalier sont jeunes, il a de l’envie, il monte bien sur les trois tests, c’est plutôt très rassurant. » Taper dans l'oeil d’un sélectionneur permet d’ouvrir quelques portes. Si c’était le choix de Gaspard d’aller à Saumur, c’est en concertation avec le staff fédéral qu’il a pris la route du CCIO4*-S d’Aix-la-Chapelle. « Au téléphone, Thierry m’a dit qu’il voulait faire un plan pour Zoé (le surnom de Zaragoza, ndlr). Je lui ai dit qu’Aix pouvait être sympa ou que je pouvais aller à Barbury. Il m’a dit "Ça tombe bien, c’est pour ça que je t'appelle, j’aimerais bien que tu ailles à Aix". » Impossible de décliner une place pour le concours allemand, synonyme également de première sélection en équipe de France Seniors.

Du ballon à l'équitation

Pourtant, lorsqu’il était plus jeune, rien ne prédestinait Gaspard à représenter la France à haut niveau en concours complet. Même si sa maman a fait un peu d’équitation lorsqu’elle était adolescente, Gaspard n’est pas issu d’une famille de cavaliers. Lui, a fait ses premiers pas dans le sport via le rugby. « Je n’avais pas vraiment le gabarit et quand les autres joueurs ont commencé à penser que j’étais le ballon, il était temps que je change de sport », blaguait-il. C’est un collègue de travail de sa maman qui l’a mis à cheval. « Je ne savais pas quoi faire alors je me suis dit "Pourquoi pas". » Gaspard, originaire de Laval (53), a alors onze ans et fait ses armes avec des chevaux réformés des courses, d’abord en saut d’obstacles, en catégories Club puis Amateur, avant de bifurquer vers le concours complet. « Je me suis retrouvé à faire le circuit Jeunes », jusqu’au championnat des As Jeunes cavaliers (Pro 1) en 2013, remporté cette année-là par un certain Stéphane Landois.

La suite de cet article est à découvrir dans le numéro 427 de L'Eperon Hebdo (paru le 20 juillet 2022), disponible sur notre boutique en ligne.