Happy Boy est le nouveau champion du Monde des 7 ans
dimanche 20 octobre 2019

Tim Price et Happy Boy Mondial du Lion 2019
Tim Price et Happy Boy Mondial du Lion 2019 © Mondial du Lion/Solène Bailly Photos

La pluie n'a pas découragé les quelques 30 000 spectateurs venus assistés à la finale du championnat du Monde des 7 ans qui a sacré le couple néo-zélandais formé par Tim Price et Happy Boy.

Quatre chevaux se voyaient écartés de la complétion dont Joséphine Schnaufer et Viktor 107, qui avaient obtenus les meilleures notes sur le dressage et qui se trouvaient 10èmes après le cross, et Tim Price, cinquième au provisoire avec Herby. 47 concurrents restaient en lice pour le titre de champion du Monde. Le test de saut d'obstacles n'a pas été une mince affaire, principalement à cause du terrain qui a été sacrément mis à mal. Pour preuve : il n'y a eu que sept sans-faute, le premier ayant été réalisé par Maxime Livio, qui termine 19e avec Casanova des Isles. Les sept premiers cavaliers du classement provisoire ont tous commis une faute si ce n'est plus. Tout cela a profité à Tim Price et Happy Boy. Son secret pour venir à bout de ce dernier test ? "Galop et confiance" répondait simplement le Néozélandais. Ce KWPN par Indoctro avait déjà fait forte impression la veille en déroulant un parcours de cross parfait. "C'est un très bon sauteur, il a confiance en lui, il peut même parfois se montrer un peu insolent. Je suis très content de lui. Au Lion d'Angers nous amenons les chevaux à gros potentiel, il fait partie de ceux en qui je crois le plus", confiait Tim. 

Après le sacre de Cooley Lancer dans les 6 ans (lire ici), un autre cheval du même affixe a brillé dans les 7 ans : Cooley Moonshine sous la selle de l'Américaine Elisabeth Halliday Sharp

Le Britannique Tom McEwen complète le podium avec Brookfield Benjamin Bounce. Après avoir tutoyé plusieurs barres, le gris a finalement renversé le dernier double qui lui a couté la victoire. 

Deux Français terminent dans le top 10 : Thomas Carlile cinquième avec Cestuy la de l'Esques, un étalon Anglo-arabe qui se trouve être le frère utérin de Punch de l'Esques, Astier Nicolas neuvième associé à Lumberton, qui aurait pu terminer sur le podium si le triple ne lui avait pas été fatal. 

Les résultats : ICI.