Le casse-tête du nouveau format olympique
mardi 15 octobre 2019

Illustration ordre de départ
Outre le nombre de cavaliers par équipes, le nouveau format olympique change également les ordres de départ, notamment à l'hippique © Eric Knoll

Au CCIO 4*-L de Boekelo, support de la finale Coupe des nations de complet, la Fédération équestre internationale testait le nouveau format olympique qui sera mis en place à Tokyo. Trois couples seulement pour une équipe et la possibilité de faire entrer le réserviste, sous réserve de points de pénalité, en cas de soucis avec un équipier : sur le papier, la formule parait plutôt simple. Pourtant, aux Pays-Bas ce week-end, cavaliers, grooms, entraineurs et public avaient bien du mal à s'y retrouver.

Si il avait déjà été testé lors de compétitions, le nouveau format olympique de concours complet a révélé toute sa complexité le week-end dernier à l'occasion du CCIO 4*L de Boekelo. Si le dressage s'est déroulé sans encombre, dès le cross, il a été difficile de comprendre les listes de résultats et difficile d'y voir clair dans la startlist de l'hippique le lendemain. 

Les substitutions : quand ? comment ? 

Avec des équipes constituées de trois couples seulement, le format entraine l'arrivée d'une nouvelle possibilité : substituer le réserviste à un membre initial de l'équipe durant la compétition. Un couple de l'équipe peut être substitué par le réserviste si il est éliminé ou non-partant sur l'un des tests. De la même manière, tout couple peut être substitué pour des raisons médicales ou vétérinaires lors de n'importe lequel des trois tests après le début de la compétition. La substitution d'un couple de l'équipe par le couple réserviste entraine 20 points de pénalité pour l'équipe. Une seule substitution par équipe est autorisée durant la compétition. Aucune substitution ne sera autorisée si le couple en question a été éliminé pour monte dangereuse, abus sur le cheval ou si il a été disqualifié. 

Des points de pénalité pour les tests non terminés

Avec l'ancien format, qui permettait d'effacer le score le plus lourd de l'équipe, un couple éliminé sur le cross ne pouvait continuer la compétition : son score était automatiquement biffé et le résultat total de l'équipe calculé en additionnant les points de chaque équipier restant. Désormais, un cavalier éliminé sur le cross ajoute 200 points à son score (qui seront forcément retenus pour l'équipe, tous les scores comptant désormais), mais il est autorisé, si l'élimination n'est pas due à une boiterie, une chute du cheval ou une monte dangereuse et sous réserve de passer avec brio le second contrôle vétérinaire, de se présenter sur le test de saut d'obstacles. Idem pour le test de dressage, même si 100 points seulement sont à ajouter au score d'un couple qui n'irait pas au bout de sa reprise. 

Un exemple concret

A Boekelo, l'équipe de France, composée de Thomas Carlile/Birmane, Astier Nicolas/Babylon de Gamma et Karim Laghouag/Triton Fontaine, affichait un total de 92,50 points à l'issue du dressage. Thomas et Astier sont venus à bout du cross sans aucune pénalité le lendemain, mais Karim, dont le cheval est tombé, a été éliminé. 200 points sont ainsi ajoutés au score de l'équipe, pour un total de 292,50. La chute de Triton a empêché le couple de repartir sur l'hippique, Nicolas Touzaint a ainsi intégré la sélection nationale, moyennant 20 nouveaux points de pénalité pour l'équipe pour un total de 312,5. Seul les points accumulés par le réserviste après son entrée dans l'équipe sont comptabilisés. Dimanche lors du saut d'obstacles, Nicolas a signé un sans-faute, tandis que Thomas est sorti de piste avec 4,8 points et Astier avec 8,8 points. Une fois ces pénalités ajoutées, l'équipe de France totalise 326,1 points de pénalité. 

Hippique : individuels vs team

Dernier changement majeur, et pas des moindres, le saut d'obstacles ne se court plus dans l'ordre inverse du classement provisoire individuel. Le départ est désormais donné aux couples concourant uniquement en individuel dans un premier temps, puis ce sont aux équipes de s'élancer dans l'ordre inverse du classement provisoire à l'issue du cross. Un nouveau format qui a clairement perdu le public et le commentateur de Boekelo et qui n'a pas manqué de retirer une certaine part du spectacle. Sandra Auffarth, dernière à passer et en tête du provisoire, se voyait reléguer à la 4e place finale au profit de Laura Collet, passée de nombreuses heures avant la fin de l'épreuve. Pas certain que cet ajustement aide à la lisibilité de la discipline...