Le concours complet français en travail sur la sécurité
mardi 15 octobre 2019

Réunion sécurité Lamotte 2019
Réunion sécurité Lamotte 2019 © FFE/SB

Lundi 14 octobre, la Fédération Française d'Equitation a rassemblé des représentants de la filière du concours complet autour d'une journée d'échanges sur le thème de la sécurité. Les acteurs de la filière, cavaliers, entraîneurs, propriétaires de chevaux, organisateurs de concours, officiels de compétitions, chefs de pistes, constructeurs d'obstacles, vétérinaires… étaient réunis autour du staff fédéral afin de proposer des pistes concrètes de travail dans le but d'améliorer la sécurité dans la pratique du concours complet.

Quelques semaines après le tragique décès de Thais Meheust, et au lendemain de l'accident qui a plongé Thibault Fournier dans un coma profond, la réunion organisée hier par la Fédération française d'équitation en présence de nombreux acteurs de la discipline du complet était importante. C'est donc avec une certaine émotion que les intéressés se sont mis au travail, le programme de la journée étant divisé en deux parties distinctes : une matinée d'échange suivie d'un après-midi en groupes de travail. Quatre thèmes ont été abordés à l'occasion de cette deuxième partie de journée avec le cavalier (formation, entrainement, niveau de qualification, sensibilisation à la sécurité, protections...), le cheval (adaptabilité au cavalier, capacité et niveau, préparation physique, santé...), le format sportif (niveaux d'épreuves, qualifications, évaluation...) et les obstacles (matériaux, construction, parcours...). 

En préambule des travaux, Frédéric Bouix, délégué général de la FFE a ouvert cette journée, au nom du président, Serge Lecomte, en rappelant que "la sécurité dans la pratique de l'équitation est un enjeu quotidien dans tous les poney-clubs, centres équestres et écuries de compétition. La sécurité des cavaliers, des chevaux et des personnes qui travaillent chaque jour dans ces structures est une priorité". Une sécurité difficile à établir en concours complet, de par la nature même de la discipline, qui n'empêche pourtant pas de faire rêver bon nombre d'équitants, et notamment ceux qui pratiquent d'autres disciplines en compétition. "Je côtoie les cavaliers de toutes les disciplines et tous sont admiratifs quand ils viennent voir du concours complet. Nous devons accompagner cette belle discipline", livrait d'ailleurs Sophie Dubourg, directrice technique nationale. 

La FFE mène depuis plusieurs années des actions avec les acteurs de la filière. La commission de concours complet s'est vue complétée d'une commission dédiée à la sécurité. La formation des officiels de compétition a été renforcée, des épreuves de derby cross permettant de découvrir la discipline ont été créées, un guide du chef de piste est en cours de finalisation et vise à être enrichi par les retours d'expérience au fil des saisons de compétition. La FFE participe aux réunions sécurité de la Fédération équestre internationale (FEI), ainsi qu'à la commission de sécurité en courses d'obstacles de France Galop. Avec cette réunion, l'instance nationale cherchait surtout à donner la parole à tout le monde et à agréger critiques, remarques et réflexions  avec l'idée de retranscrire rapidement sur le terrain les projets et idées évoqués lors de la journée.  

De nombreux cavaliers étaient présents, à l'instar de Victor Levecque, Maxime Livio ou encore Gwendolen Fer. Astier Nicolas, qui ne pouvait être à Lamotte-Beuvron hier, a tout de même tenu à faire passer un message et a rappelé l'importance de l'encadrement : "Il y a trop de cavaliers qui sont plus courageux que talentueux, il faut savoir se faire encadrer pour savoir où on en est". Un point de vue partagé par de nombreux entraineurs, dont Charles Marteau, qui insiste : "Mon objectif n'est pas d'avoir beaucoup de cavaliers dans la boîte de départ, j'en veux beaucoup dans la boîte d'arrivée". Pour Karim Laghouag, le bilan de la journée ne peut-être que positif :"on se rend compte qu'on a des solutions à notre portée, on doit maintenant échanger et impliquer tous les acteurs. Il faut oser parler de sécurité !". Pierre Barki, président de France Complet a lui aussi salué l'initiative : "On a réussi à réunir une grosse partie de la filière. Cavaliers professionnels, amateurs, organisateurs, juges, entraîneurs, vétérinaires… c'était très représentatif. Tout a été dit sans retenue et avec beaucoup de bienveillance. Il y a eu pas mal de propositions. On a parlé d'encadrement, de formation et surtout d'humain, ce sont des thèmes qui me tiennent à coeur et que l'on évoque souvent dans les réunion de France complet. C'est une première étape positive, j'attends la suite."

La suite, Sophie Dubourg l'a justement évoquée. "À court terme, nous proposons à chaque personne présente aujourd'hui de continuer leur réflexion pour affiner leurs propositions et les compléter. Nous listerons ensuite ce qui peut être mis en place avec le travail de groupes de référents et toujours avec une échéance courte. L'implication des Comités régionaux et départementaux d'équitation (CRE et CDE) ainsi que des clubs est primordiale pour une mise en oeuvre rapide, ils sont les relais de la FFE sur le terrain."

Commentaires


ROBERT F | 15/10/2019 13:39
Il fut un temps ou ....les Touzaints , Bentejac et bien d'autres se souviennent . C'etait avant .