Michel Asseray : "A Tokyo, tout est au point pour les JO"
mercredi 23 octobre 2019

Michel Asseray Test Event Tokyo 2019
En compagnie de Sophie Dubourg, Michel Asseray a assisté au Test Event de Tokyo en aout afin de réunir de nombreuses informations © Coll.

Le saumurois Michel Asseray, directeur technique national adjoint chargé du concours complet s’est rendu, du 8 au 15 août, au Japon pour assister au Test Event, un concours complet international sur le site et dans les conditions qui seront celles des J.O. de Tokyo l’an prochain.

« Je suis parti avec Quentin Simonet, chef de mission pour les J.O. et Sophie Dubourg, directrice technique nationale. Nous avons été très bien accueillis par la délégation japonaise et avons pu recueillir toutes les informations dont nous avons besoin. Notre mission était double : avoir tous les éléments sur les déplacements des chevaux et les conditions de l’épreuve de concours complet des J.O. mais aussi trouver les logements nécessaires  pour tous les Français qui seront présents pour les compétitions équestres. Contrairement au déplacement que nous avions fait, un an avant les J.O. de Rio, tout est prêt à Tokyo pour accueillir ces épreuves dans de très bonnes conditions. A titre d’exemple, les boxes sont spacieux et déjà tous climatisés. Notre seule réelle inquiétude est la température à cette période. Il faisait 35°c avec parfois un ressenti à 50°c… Si la durée du cross est normalement de 10’ (à une vitesse de 670m/ minute), elle pourrait être réduite pour que l’effort soit de 8’ ou 9’. La Fédération Equestre Internationale doit se prononcer sur ce point avant la fin de l’année »détaille Michel Asseray. 

Des gilets « réfrigérants » pour les cavaliers ?

« Les chevaux  partiront de Liège en avion avec une escale à Dubaï. Ils se rendront sur le site de Baji Koen Equestrian Park qui est le lieu des épreuves de dressage et de concours hippique des J.O. Pour l’épreuve de cross, ils se déplaceront sur l’île de Sea Forest, sans prendre de bateau puisqu’on accède à cette île par un pont, et, ils passeront une nuit sur ce lieu. Concernant les conditions climatiques, nous allons arriver 8 ou 9 jours avant la compétition ce qui permettra une phase d’acclimatation. Mais, nous avons observé que les cavaliers Japonais qui participaient au concours complet avaient des blousons ventilés. Certains portaient aussi un débardeur réfrigérant (qui contient de la glace), sous leur blouson. Ce sont des pistes que nous allons étudier en vue de cette échéance olympique ».

Le nouveau format olympique

« Pour la première fois, la composition de chaque équipe sera de trois cavaliers au lieu de quatre », rappelle le DTN adjoint, qui avoue par ailleurs ne pas être séduit par la formule qui permet à chaque équipe de remplacer un des couples par un quatrième couple dans l’une des épreuves (lire ICI). Une substitution fortement pénalisée qui ne devrait pas permettre l’obtention d’une médaille aux équipes concernées par ce choix.…