Thaïs Meheust, le dernier au revoir...
jeudi 12 septembre 2019

Thais Meheust
Disparition soudaine de la complétiste Thais Meheust © Eric Knoll

A l’heure où le magazine passait sous presse en relatant la victoire de l’équipe de France de concours complet dans la Coupe des nation du Pin, nous apprenions douloureusement la mort de l’une de ses protagonistes, Thaïs Méheust.

Thaïs faisait partie partie de la jeune génération montante, de celle qui rêvait des Jeux -de Paris et des suivants- avec des étoiles dans les yeux. Sa perte laissera un grand vide dans la famille du concours complet. A vingt-deux ans, elle comptait déjà huit participations aux championnats d’Europe, la première remontant à 2010 où elle n’avait que treize ans. L’année suivante, elle remportait une première médaille par équipe. Elle en a finalement gagné cinq dont trois en or. Passé les vingt-et-un ans, sa carrière chez les Jeunes était terminée mais celle chez les Séniors ne faisait que commencer. Pour preuve, elle gagnait sa première Pro Elite à Saumur en juin avec Qamilha, « son meilleur ami », comme elle aimait l’appeler. Cette performance lui avait une nouvelle fois ouvert les portes de l’équipe de France. Elle avait couru sa deuxième Coupe des nations aux côtés de Karim Laghouag, Clara Loiseau et Jean Teulère. 

Brillante sur le plan sportif, Thaïs était tout aussi déterminée à réussir dans les études. Elle venait de terminer une licence de droit et s’apprêtait à démarrer un Master en école de commerce. Ses parents avaient investi dans l’écurie du Cerisier Bleu, à Caille-Sur-Eure en Normandie. Ils avaient mis en place un système lui permettant de mener à bien carrière sportive et professionnelle. 

Thaïs restera dans les mémoires, pas seulement pour ses belles performances, parce qu’elle était une belle personne, rayonnante et bienveillante - ce sont les adjectifs qui reviennent sans cesse pour parler d’elle. Elle était la coéquipière solidaire dans les coups durs comme sur les podiums. Sa perte a touché des milliers de personnes, professionnels ou novices, qu’ils soient de France ou d’ailleurs. Les hommages qui lui ont été rendus depuis samedi sont innombrables. 

En sa mémoire, s’est justement tenu un rassemblement au Haras de la Coudraie, à cinq minutes de ses propres écuries. Des centaines de personnes étaient présentes pour lui dire au revoir. « C’était très beau, c’était un moment plein d’amour, d’émotion et même d’humour », indiquait l’une des personnes présentes. À la place des fleurs, sa famille proposait aux volontaires des donations pour venir en aide à Gauthier, un adolescent touché par un cancer. Le palier des 25 000 euros ayant été atteint, le reste de l’argent servira à créer la fondation « Thaïs Méheust » qui viendra en aide aux jeunes cavaliers et tout particulièrement aux cavalières souhaitant pratiquer l’équitation. Il aidera aussi à renforcer la sécurité des cavaliers.

Toute la rédaction de L’Eperon adresse une nouvelle fois toutes ses condoléances à la famille de Thaïs ainsi qu’à ses proches.