10 nouveaux sur 24 partants à Compiègne !
samedi 20 mars 2010

compiegne10-issartel-hilton
Rémy Issartel et Hilton du Clotobie © Claude Bigeon

Malgré les apparences - victoire de l’équipe Kineton Passier qui a mené le Grand National 2008 et 2009 grâce à Rémy Issartel et Julia Chevanne - Compiègne a apporté un bon lot de surprises et de nouveautés.

Si Rémy Issartel, qui passait en premier, a pris dès le départ la tête de ce Grand Prix avec son fidèle Hilton de Clotobie, il a fallu attendre le tout dernier concurrent, Sébastien Duperdu et Passe Partout pour savoir quel serait le podium définitif de l’épreuve. Ce couple, qui courait sans écurie, était plutôt inattendu à cette place, tout comme d’ailleurs celui auquel il a ravi la 3e place, Gabrielle Mathieu et Das Bin Ich, seule représentante de l’écurie Cavaloisirs de Lauture, Claire Gosselin n’ayant pas engagé son Karamel.

A la 2e place, une surprise encore, puisque Julia Chevanne, qui a quitté la scène du Grand National avec Calimucho, désormais en retraite, y revient avec Luciano 182. Et pour son premier Grand Prix, ce puissant Hanovrien de quatorze ans ne prend rien moins que la 2e place avec quelques très bonnes choses dont une superbe première pirouette et des passages-piaffers prometteurs, sa cavalière estimant cependant qu’il reste beaucoup de détails à caler. Il révèle ainsi, mais était-ce nécessaire, l’expérience et la maîtrise de son olympique cavalière. D’autres cavaliers olympiques étaient attendus dans la clairière compiègnoise : Marc Boblet et Dominique d’Esmé, mais aussi Marie-Hélène Syre.Sur une piste que les trombes d’eau de la matinée avaient rendue difficile, avec quelques trous par-ci par-là, et que les drapeaux agités par le vent rendaient regardante, sans compter pour certains concurrents les commentaires en tribune qui sont restés trop forts quelques temps, rares sont les chevaux qui se sont montrés à l’aise. D’autant que pour la plupart d’entre eux c’était la première sortie de l’année après un hiver chaotique en matière d’entraînement du fait des terrains longtemps gelés.

Avec Whitni Star, Marc Boblet passait en milieu d’épreuve juste derrière Luciano, ouvreur de ce groupe et pour lequel la piste venait donc d’être retravaillée. Il abandonnait au tout début de la reprise, Whitni ayant violemment trébuché d’où quelques foulées très irrégulières à suivre. Finalement, plus de peur que de mal, mais le vétérinaire fera tout de même un check-up. Pour Marie-Hélène Syre, abandon aussi, mais parce que Sinclair C, dont c’était le tout premier Grand Prix, a pris peur et s’est montré quasi ingouvernable. Toutefois, pour ne pas rester sur cette impression, Marie-Hélène Syre a continué à dérouler le GP à la demande de l’entraîneur national, et tout s’est bien terminé. Pour Roi de Cœur, qui revenait de blessure après plusieurs mois d’absence, Dominique d’Esmé avait prévenu qu’elle ne prendrait aucun risque compte tenu de l’état de la piste et c’est ce qu’elle fit, pour une 10e place, juste devant un couple inédit à ce niveau, la Touquettoise Perrine Carlier et l’Anglo-arabe Honneur d’Uxelles dont la juge hollandaise, Mme de Bel Groenenboom, a apprécié la prestation au point de les placer 5e de son classement personnel. Parmi les nouveaux chevaux, il y avait aussi celui de Marina van den Berghe qui a vaillamment mais difficilement terminé sa reprise (et pouvait largement se consoler avec les victoires de ses filles, Alix/Othello et Victoria et Scalia, avec laquelle elle aborde les épreuves à cheval après avoir bien tourné à poney), tout comme Muriel Léonardi dont la Walentina affichait pourtant une belle progression dans son attitude générale. Difficile pour tous ceux qui sont au-delà des huit premiers, de tirer un véritable enseignement de ce Grand Prix.

Parmi ces huit concurrents dans les prix, outre Luciano, Concerto (6e) et Sultan (8e) tournaient aussi leur premier Grand Prix. Et si le cavalier de Sultan, Michel Mouré, a lui l’expérience de ce niveau, ce n’est pas le cas d’Antoine Lion, vingt-deux ans, qui le découvrait en même temps que son cheval. Sa performance lui donne la tête du classement moins de 26 ans – nouveauté 2010 - du Grand National. Entre eux, Dartagnan, qui revenait lui aussi de blessure (bleime devenue abcès qui a nécessité très large dé-sabotage et deux mois de clinique) : vainqueur de l’Inter II la veille, l’élégant Dartagnan a fait un très beau début de Grand Prix, puis s’est totalement déréglé au galop.Pour finir, évoquons un autre cheval dont c’était le premier Grand Prix, Lazzaro, que présentait Thibault Cambourieu, son Joery étant à la retraite. Le cavalier de Vierzon aurait dû faire équipe pour l’Ecurie Royal Horse avec Sylvie Corellou. Quelques minutes de recueillement avaient précédé l’entrée en piste de Rémy Issartel, à la demande du speaker, qui dédiait ce Grand Prix à cette cavalière décédée le 23 février dernier et qui avait couru dans cette belle clairière l’an dernier.

Résultats détaillés du Grand PrixToute l'info du Grand NationalVidéos à suivre