Adelinde, comme prévu…
samedi 30 avril 2011

Leipzig 11_ podium
Le podium © Scoopdyga

Gagnants de toutes les étapes qualificatives aux quelles ils avaient pris part cet hiver, Adelinde Cornelissen et Parzival Jerich ont logiquement dominé la finale de la Coupe du monde Reem Acra, ce samedi soir à Leipzig, devant des tribunes pleines mais pas vibrantes. Une belle « revanche » pour la Néerlandaise, éliminée pour un saignement de bouche de son cheval aux Jeux mondiaux. Jolie 2e place pour la Danoise Nathalie zu Sayn Wittgenstein.

Le dressage allemand n’est pas au mieux de sa forme et le public de Leipzig a encore pu s’en apercevoir ce samedi soir. Si Ulla Salzgeber a sauvé les meubles en prenant la 3e place avec un Herzruf’s Erbe assez spectaculaire, qu’elle monte de façon un peu autoritaire (transitions brusques) mais efficace, les deux autres Allemandes ont déçu et sont surtout déçues.

Isabell Werth a déroulé une belle reprise (quelle équitation, un régal !) jusqu’à ce que Satchmo ne se défende une nouvelle fois, et même deux fois. Aux JO de Hongkong, bien pire défenses ne l’avaient pas empêchée d’obtenir une médaille, mais, échaudés par les critiques qui avaient suivi, les juges sont depuis devenus plus intransigeants. Et là, ils ont hésité entre la 3e (2 juges), la 4e (2) et la 5e (2) place… Sauf la 7e juge, l’Allemande Katharina Wuest, qui s’est permise de la descendre, mettant sa
compatriote 11e : grotesque ! Du coup, Isabell Werth n’est que 5e, passant juste derrière Edward Gal, 4e avec Sisther de Jeu.

Quant à Helen Langehanenberg (38 ans), qui disputait sa première grande finale, elle a été lâchée par ses nerfs et un peu interventionniste avec son très expressif mais fautif Damon Hill, finalement 7e. On notera la 6e place du Suédois Patric Kittel et Watermill Scandic et la 9e du Belge Jeroen Devroe avec son bel Apollo, avant de finir par le meilleur, les deux meilleures, les seules à convaincre vraiment…

Au dessus du lot

La 2e place, une belle surprise, pour la Danoise Nathalie zu Sayn Wittgenstein, qui a déroulé une reprise fluide et harmonieuse avec Digby, son bon Danois ( par Donnerhall) né chez sa mère, la Princesse Bénédicte. Après le bronze par équipe aux JO de Hongkong, une consécration individuelle !

Et la victoire, logique, attendue et méritée pour Adelinde Cornelissen et Parzival Jerich, même si on les avait déjà vus nettement plus harmonieux et spectaculaires. La Néerlandaise a joué la prudence et son KWPN alezan était un peu enfermé ( surtout au trot allongé) , mais aux ordres, précis et assez brillant aux changements de pied, au passage et au piaffer. Et ses pirouettes au piaffer (à gauche et à droite) en jettent ! Un beau final ! Championne d’Europe en 2009 (GP Spécial) – devant Gal et Totilas -, Adelinde (31 ans), la prof d’anglais devenue championne, avait moins de concurrence cette fois-ci, mais c’est une deuxième couronne méritée.