CDI 3* Le Mans : les Français dans le coup, Koschel encore devant
lundi 19 octobre 2020

Christophe Koschel et Eaton Unitechno
Après une première victoire dans le Grand Prix, Christophe Koschel et Eaton Unitechno ont réitéré leur performance dans le Spécial © Les Garennes

Le dernier CDI 3* de l’année 2020 sur le sol français s’est terminé ce dimanche par la victoire de l’Allemand Christophe Koschel dans le Grand Prix Spécial. Comme depuis le début de l’évènement, les cavaliers tricolores ont répondu présents sur cette ultime journée de compétition... et gardent dans le viseur les prochaines échéances.

Samedi, dans la Reprise Libre en Musique, c’est la cavalière russe, Aleksandra Maksakova, qui s’imposait en selle sur Bojengels. Le couple, qui terminait troisième du Grand Prix le vendredi, a su élever son niveau pour décrocher une victoire dans la Sarthe, grâce à une moyenne de 75,905%. Sur la deuxième marche du podium, on retrouvait la Portugaise Maria Caetano, qui avait misé sur le prometteur Fenix de Tineo pour ce CDI 3*, et qui sortait de piste avec une note de 74,395%, juste devant la Française Camille Judet-Cheret, troisième avec Duke of Swing (74,300%). 

Dimanche, dans le Grand Prix Spécial, c’est à nouveau l’Allemand Christophe Koschel qui s’est imposé avec Eaton Unitechno grâce à une moyenne de 70,956%. Pour sa deuxième sortie internationale sous la selle de l’entraineur de son cavalier habituel, Masanao Takahashi, le fils de Wynton de 11 ans poursuit sa progression en vue des Jeux olympiques de Tokyo l’année prochaine. Comme dans la Libre, le Portugal est monté sur la deuxième marche du podium grâce à la performance de Gonçalo Carvalho et Craque Das Figueiras (69,660%). Le podium de ce Spécial a été complété par le Français Bertrand Liegard, toujours en selle sur son fidèle partenaire de 18 ans, Star Wars (69,553%). « Le premier jour, sur le Grand Prix, j’étais un peu déçu car Star Wars se retenait un peu en raison du sol qui était un peu dur mais aujourd’hui la piste était beaucoup plus souple ce qui lui correspondait mieux. Dommage que nous ayons commis une faute dans la ligne des changements de pieds aux temps notamment », explique Bertrand qui participait à son premier CDI depuis la fin du confinement. « Je suis vraiment content car Star Wars a déroulé beaucoup de Grands Prix au-dessus de 70%, il est toujours en forme et il le confirme encore sur ce concours », poursuit celui qui devait participer au CDI-W de Lyon dans quelques semaines. « Je voulais courir quand même ici au Mans car en voyant l’évolution assez rapide du Covid il me semblait que Lyon risquait fortement d’être annulé, j’ai eu de la chance de la jouer comme ça. On navigue à l’aveugle, cela va vraiment être compliqué d’établir un planning pour la suite. Je pense que la finale du Grand National (qui devait se tenir à Lyon, NDLA) devrait avoir lieu puisque la Fédération tient vraiment à maintenir cette dernière manche. La question est de savoir où et quand », précise le Français qui espère compter encore sur Star Wars en 2021 après une saison 2020 écourtée. « On va essayer (rires). S’il est en forme et qu’il prend toujours du plaisir il sortira. Il est quand même mieux sur les concours en extérieur donc on réattaquera peut-être à Cascais l’année prochaine ». Elle aussi au départ du Grand Prix Spécial, Marie-Emilie Bretenoux a classé son Quartz of Jazz à la quatrième place (67,256%). Le couple participait aussi à son deuxième concours international cette année après l’annulation du CDI de Waregem, en Belgique, prévu du 17 au 20 septembre, sur lequel la paire devait se rendre. 

Un bilan positif

Si les Bleus se sont bien comportés sur ce CDI 3*, le dernier de l’année organisé sur le sol français après l’annulation du CDI-W de Lyon, la Directrice technique nationale adjointe au dressage, Emmanuelle Schramm, rappelle les difficultés de planifier la suite de la saison hivernale. « Le CDI 3* de Nice qui devait se tenir avant le Mans a été annulé ainsi que le CDI-W de Lyon qui devait être organisé dans quelques semaines ! On ne peut donc être que satisfait de la tenue de ce CDI avec une belle présence étrangère. On ne sait pas trop ce qu’il va se passer avec les quelques concours internationaux toujours programmés dans l’hiver, mais nous risquons de faire face à un grand temps mort avec un retour en international ici-même au Mans, en février 2021 ». 

« Nous tenons à ce que la finale du Grand National ait lieu. »

Et si tous les meilleurs couples ou chevaux tricolores n’avaient pas fait le déplacement dans la Sarthe, les résultats français n’en ont pas pour autant été moins satisfaisants. « Nous n’avons pas raté beaucoup de remises de prix », constate Emmanuelle Schramm. « Nous sommes montés sur plusieurs podiums, même à 100% pour certains, alors qu’il y avait une belle concurrence étrangère, nous n’étions pas entre français, se satisfait-elle. Les résultats sont très satisfaisants que cela soit dans les catégories Jeunes, avec Mado Pinto notamment, ou les catégories Séniors (triplé de Morgan Barbançon-Mestre dans le Petit Tour du CDI 2* avec Habana Libre A, entre autres, NDLR). Le bilan ne peut être que positif rien que par la tenue de cet évènement, la présence en nombre d’étrangers et de juges étrangers et nos nombreux classements », insiste la DTN adjointe. Reste à savoir maintenant dans quelles conditions et sur combien de concours les couples tricolores pourront encore évoluer cet hiver. « L’annulation du concours de Lyon nous force à revoir nos plans concernant la finale du Grand National. Mais nous tenons absolument à ce qu’elle ait lieu. Nous avons donc lancé un appel à candidature avec pour cahier des charges que le concours doit se dérouler en indoor et sur un terrain déjà labellisé Grand National ou qui accueille un CDI. Nous avons ainsi trois possibilités : Mâcon, Le Mans et Deauville. Nous sommes en attente de réponses de leur part mais cette finale aura lieu d’ici à la fin du mois de novembre », confirme Emmanuelle Schramm. 

Et pour ce qui est de la saison prochaine, la Fédération garde les yeux rivés sur les Jeux olympiques de Tokyo, mais espère aussi la reprogrammation des championnats d’Europe Séniors en parallèle. « Nous espérons avoir des annonces concernant les JO d’ici à la fin de l’année mais on parle déjà d’une grande période de quarantaine. Pour autant, tout cela se veut pour le moment très optimiste avec bien évidemment des contraintes sanitaires très importantes. Nous n’avons pas eu l’occasion de beaucoup voir les couples évoluer cette année et nous n’en aurons peut-être pas plus l’occasion cet hiver. Nous organiserons donc un grand rassemblement entre la fin d’année 2020 et le début d’année 2021, comme nous le faisons toujours lorsqu’une grande échéance est au calendrier de l’année. Nous sommes à fond dans l’optique des Jeux olympiques et travaillons beaucoup pour cela en ce moment », conclut-elle.

Les résultats complets : ici.