Charlotte Chalvignac "Nous adorons Lights, il est généreux avec beaucoup de caractère !"
jeudi 04 juillet 2019

Charlotte Chalvignac et Lights of Londonderry à Jardy
Charlotte Chalvignac et Lights of Londonderry à Jardy © Eric Knoll

Dans quelques jours, Charlotte Chalvignac et Lights of Londonderry s'élanceront dans le Master Pro de Vierzon en quête d'une belle performance. Retour sur l'histoire de ce couple au caractère bien trempé qui s'affiche comme la belle révélation de l'année.

Lights of Londonderry est né chez Mr. Inge Bulle en 2004. A deux ans et demi, il a débarqué dans chez Jean Vesin, au centre équestre des Fleysets, en Haute Savoie. Là-bas, il a été débourré par Charlotte Chalvignac. Le hasard de la vie a fait que dix ans plus tard, cet alezan s'est retrouvé dans ces mêmes écuries sous la selle de cette même cavalière. Un précédent article a déjà été consacré à  l'histoire de ce cheval un peu particulier (lire ici). L'Eperon est revenu sur les dernières performances du fils de Londonderry. 

"Après être passé sous la selle d'Alexandre Ayache, Lights a été chez Bernadette Brune. Au bout de quelques temps, elle a pris la décision de nous laisser le cheval parce qu'elle ne s'entendait pas à 100% avec. C'est un cheval que l'on adore, il est très généreux mais il faut dire qu'il a beaucoup de caractère", raconte Charlotte. A son retour au Centre Equestre des Fleysets au début de l'année, Lights retrouve Charlotte. L'entente est quasiment immédiate puisque le couple est deuxième de la Pro Elite au Mans, cinquième à Jardy et premier à Mâcon. Ces belles performances leur ont ouvert une porte inattendue en équipe de France. 

A Geesteren, le couple passe la vitesse supérieure

Fin juin, le couple a pris la route des Pays Bas pour participer à la Coupe des nations de Geesteren. "J'étais très contente d'aller là-bas. Je ne m'y attendais pas, je n'avais aucune pression. C'était concours normal avec une très bonne ambiance entre Français", confesse Charlotte. La France a terminé avant dernière de l'épreuve par équipe mais à titre individuel, la Haute-Savoyarde peut s'estimer heureuse de ses performances. Le couple a obtenu la note de 69.804% dans le Grand Prix. "Le cheval était très à l'écoute et très généreux. J'étais quand même un peu déçue parce que j'ai fait des fautes un peu bêtes. Mon premier arrêt n'était pas carré. Il a très bien réalisé ses appuyers qui sont généralement son point faible, du coup je me suis laissée surprendre pour le reculer. Sur le deuxième piaffer, il a reculé tellement il s'est assis", analysait-elle.

Le lendemain, deux couples tricolores s'élançaient dans le Grand Prix Spécial, les deux autres dans la Reprise Libre en Musique. C'est dans cette dernière que Charlotte et Lights se sont élancés. "Personne n'avait très envie d'aller sur le Freestyle, moi y compris. J'en ai fait très peu dans ma vie et jamais avec Lights ! Avant Geesteren, Bernadette m'a envoyé sa reprise mais j'étais en concours à Mâcon avec quatre autres chevaux, je n'ai donc pas trop pu répéter avant le concours." Cela a donné une reprise un peu improvisée ! "J'étais très en avance sur la musique, j'ai réfléchi un moment et j'ai décidé de faire comme à poney : un cercle de  20m pour rattraper la musique ! L'un des juges m'a même complimentée sur cette figure (rires). Je n'ai pas vraiment profité du moment présent tellement j'étais concentrée. En sortant, je ne savais pas si ma reprise était bien ou pas", raconte-t-elle. 

Les juges ont bel et bien été séduits par la prestation de la cavalière tricolore puisqu'ils lui ont attribué la jolie moyenne de 75.070%. "J'ai eu du mal à y croire, je croyais à un bug informatique quand on a vu les notes s'afficher ! C'était une bonne surprise. Cette RLM était un défi et je n'aime pas perdre, ça m'a mis un bon coup de pied aux fesses !"

Cap sur Vierzon et la suite...

Le couple se rendra ce week-end au championnat de France Pro Elite à Vierzon. Pour la suite, l'essentiel est de se faire plaisir avant que le hongre ne glisse tranquillement vers la retraite. Pour assurer la relève, Charlotte dispose de quelques montures de Grand Prix même s'ils "ne sont pas encore au niveau de Lights". Il y a Dvina, une fille de Don Frederico âgée de 12 ans, qui a débuté les Pro 3 il y a trois ans et demi et qui était cinquième du championnat Pro 1 l'année dernière. Avec Lights, Charlotte bénéficie d'un beau coup de projecteur, le premier d'une longue série ?